Gaïd Salah à l’école supérieure de guerre « Nous cueillons les fruits de ce que nous avons semé »

samedi 24 février 2018 à 12:57
Source de l'article : Lexpressiondz.com

«Les diplômés de ce grand établissement de formation, sont considérés, en fait, comme des investissements profitables.»

Lors de la tenue jeudi dernier de la 11ème session du Conseil d’orientation de l’Ecole supérieure de guerre, Ahmed Gaïd Salah, le vice-ministre de la Défense nationale, chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, ne manquera pas d’exprimer sa grande considération quant «aux efforts consentis pour le développement de l’appareil de formation au sein de l’Armée nationale populaire, notamment l’Ecole supérieure de guerre, qui, désormais dispose d’une grande expérience acquise après 11 années scolaires riches en matière de résultats obtenus, de haut niveau atteint et de contenu de la formation de qualité dispensée», indique un communiqué du ministère de la Défense nationale.

Ce fut l’occasion pour le vice-ministre de la Défense nationale de soutenir qu’ «aujourd’hui, nous cueillons et récoltons, au niveau de l’appareil de formation en général et l’Ecole supérieure de guerre en particulier, les fruits de ce que nous avons semé durant les dernières années». Pour le chef d’état-major de l’Armée nationale populaire, «les diplômés de ce grand établissement de formation, sont considérés, en fait, comme des investissements profitables», ajoutant qu’il s’agit «d’une plate-forme qui regroupe des compétences.

Et la logique des choses veut que la compétence crée la compétence. Ce qui me pousse à vous confirmer aujourd’hui l’importance, voire l’impératif de mettre à profit au plus haut degré, toutes les énergies et les capacités de la ressource humaine, car l’homme est le moteur essentiel de la roue du développement et nul doute que le processus de prise en charge de l’aspect qualitatif que nous avons emprunté, ces quelques dernières années est l’un des secrets de réussite de l’Armée nationale populaire à parcourir toutes ces étapes considérables et de qualité».

Lors de son intervention, indique encore le communiqué du MDN, le chef d’état-major de l’ANP a réitéré l’intérêt particulier qu’il accorde «à l’appareil de formation au sein de l’Armée nationale populaire, et que le message de cet appareil n’est pas exclusif aux aspects de qualification, d’inculcation de savoir-faire, de connaissances, de sciences militaires pluridisciplinaires technologiques et techniques, mais il vise également à forger des hommes engagés vis-à-vis de leur pays et leur armée, des hommes capables de s’adapter à l’essence des missions qui leur sont confiées, et conscients de l’importance de leur référentiel historique et de son importance dans le renforcement de leur sens du devoir».

Dans ce contexte, le vice-ministre de la Défense nationale soutient: «Nous avons oeuvré à ancrer un principe important, qui consiste dans le fait qu’il est extrêmement urgent de chercher en continu la parfaite harmonisation et complémentarité entre l’établissement d’enseignement et de formation, le champ professionnel et le terrain.» Notant cette perspective qui semble l’objectif essentiel pour donner un titre à cette formation, le chef d’état-major de l’ANP explique: «Nous voulons que l’Ecole supérieure de guerre soit pionnière dans l’application de cet important principe professionnel et d’enseignement, car le développement des compétences des éléments et l’élévation de leurs capacités est une voie constante dans leur parcours professionnel, à commencer par l’enseignement de base jusqu’aux niveaux les plus élevés d’enseignement et de formation.

Ainsi, c’est une opération globale et continue.» Le vice-ministre de la Défense nationale entend dire par ces propos que le but est «de poursuivre le parcours de la réalisation de ces objectifs d’enseignement et de formation avec une vitalité extrême», lesquels ajoute-t-il «sont déterminés et tracés avec précision et clairvoyance depuis la création de cette école en 2005».

Le chef d’état-major a conclu: «Il est certain que le développement constant que connaît désormais l’Ecole supérieure de guerre, dans tous les domaines, grâce aux recommandations et instructions idoines ainsi qu’aux orientations judicieuses que le Conseil d’orientation veille à dispenser chaque année et grâce au souci accru et continu dont fait preuve le commandement de cette école, a fait que cette prestigieuse structure de formation devienne un symbole hautement significatif du degré de progrès qu’a atteint l’appareil de formation de l’Armée nationale populaire.

Il en a fait également un réservoir fertile d’où nous puisons les cadres supérieurs qui seront à leur tour une des sources importantes pour élever les capacités de combat et opérationnelles des grandes unités et leur permettre d’être au diapason de l’évolution que connaît le monde aujourd’hui. Ce qui contribuera, irréfutablement, à avoir une incidence positive sur le cours du développement général de l’Armée nationale populaire, et c’est là, l’objectif ultime escompté, comme tout le monde le sait.»

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
27 queries in 0,214 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5