Pour un organisme technique en charge des questions de la population et du développement arabes

mardi 29 novembre 2016 à 15:04
Source de l'article : Www.aps.dz

ALGER – Le ministre de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière, Abdelmalek Boudiaf a appelé, mardi à Alger, les pays arabes à la mise en place d’un organisme technique pour la prise en charge des questions de la population et du développement à l’instar de l’Union Africaine (UA).

Cet organisme technique aura pour mission le transfert des nouvelles connaissances, l’échange des expériences, l’orientation en matière de choix stratégiques à développer et de décisions à prendre, a indiqué le ministre de la Santé dans une allocution lue en son nom par son chef de cabinet, Ali Rezki, à l’ouverture du forum régional de haut niveau sur le dividende démographique dans la région MENA, organisé à l’initiative du Fond des Nations Unies pour la Population (FNUAP).

Ce forum constitue une aubaine pour mieux appréhender le dividende démographique et definir des choix pratiques pour son exploitation, a estimé le ministre, ajoutant qu’une telle compréhension permettra l’adoption d’une position commune au niveau de la Ligue des Etats Arabes et des fora y afférent au niveau régional et international, notamment au sein de la commission de la population et du développement et de l’Assemblée Générale de l’ONU.

Cette rencontre permettra en outre d’informer et d’accompagner les pays de la région en matière de détermination des priorités concernant le dividende démographique et d’approches et outils les plus adaptés, a encore ajouté le ministre.

Les études ont fait ressortir que le développement social et économique ne peut se réaliser sans une baisse du taux de naissances en parallèle, a-t-il précisé.

Pour le premier responsable du secteur,  la croissance démographique ne peut être assimilée à un dividende démographique qu’en garantissant une santé et un enseignement de qualité aux jeunes en âge de travailler et un accès à des emplois à même de leur permettre de réaliser un long processus productif.

L’année 2017 a été placée en Afrique sous le thème « exploiter le dividende démographique en investissant sur les jeunes » a-t-il rappelé.

Le ministre a estimé que les Etats et gouvernements sont appelés à mettre en place une feuille de route pour accélérer l’application effective d’une initiative continentale en matière de dividende démographique, affirmant que cette rencontre sera également l’occasion de tracer la voie pour des mesures concrètes à prendre sur le plan national et régional à partir de 2017.

Abordant les questions démographiques en Algérie, le ministre a affirmé que l’Etat y accorde un intérêt tout particulier depuis 1983, année du lancement du Programme national de maîtrise de la croissance démographique et la tenue, en 1994, de la Conférence internationale sur la population et le développement qui a impulsé les procédures et approches en matière d’étude des questions démographiques dans leur rapport au développement.

Evoquant les réalisations notables au profit des populations, le même responsable a cité le secteur de la santé à la faveur de la baisse du taux de mortalité infantile et maternelle ainsi que l’augmentation de l’espérance de vie à la naissance, qui tourne actuellement autour de 77 ans (76.7 ans pour les hommes et 78 ans pour les femmes en 2015).

Il a mis l’accent, en outre, sur l’accès aux prestations de la santé reproductive, la planification familiale, les médicaments essentiels, la lutte contre le SIDA, ainsi que l’amélioration notable des conditions d’habitat notamment le raccordement aux réseaux d’alimentation en eau potable et de l’assainissement et l’éradication de l’habitat précaire.

L’Algérie a connu, au cours de cette période, la mise en place de législations consacrant l’égalité homme-femme en matière des droits, l’amélioration continue de la condition féminine, traduite par une parité homme-femme dans les secteurs de l’éducation, de la santé et de la justice, a-t-il ajouté.

Il a rappelé également la mise en œuvre d’une politique volontariste accordant aux femmes un quota de sièges au sein des assemblées élues, ce qui a augmenté la représentation féminine au sein du parlement.

Par ailleurs, M. Boudiaf, a précisé que le plan d’action du gouvernement algérien pour la période 2014-2019 s’inscrit dans une optique de consolidation des acquis sociaux et économiques. De même, la dernière révision de la Constitution est venue renforcer l’Etat de droit, garantir les droits individuels et collectifs et anticiper l’avenir du peuple algérien en terme de besoins de développement durable, et ce en plaçant l’être humain en tant que valeur et la qualité de ses conditions de vie au cœur des aspirations légitimes auxquelles l’Algérie aspire tant pour elle que pour l’humanité tout entière.

Le ministre a souligné, dans ce sens, que le prix des Nations unis décerné en 2007 au Comité national de la population (CNP), se veut un couronnement des efforts consentis en vue de concilier les droits élémentaires de l’homme et les principes culturels et religieux de la société.

Sur un autre registre, le ministre de la santé a réitéré le soutien et l’adhésion de l’Algérie aux déclarations du Caire (juin 2013) et d’Addis-Abeba (octobre 2013). Ces deux plateformes qui ont été adaptées aux réalités sociales, culturelles et religieuses, doivent constituer, a-t-il dit, « des références essentielles dans l’élaboration de la feuille de route à mettre en place en vue de tirer profit de dividende démographique ».

Pour ce qui est des questions relatives aux besoins des adolescents (les 10-24 ans), le même responsable a révélé qu’elles figurent parmi les priorités tout autant que d’autres qui ne sont pas de moindre importance, notamment l’emploi et le chômage des jeunes, la formation et l’enseignement de qualité ainsi que la lutte contre les multiples fléaux sociaux.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
33 queries in 0,419 seconds.