Le nouveau secrétaire général du parti ratisse large : Goudjil, Ziari, Kara et Abada reviennent au FLN.

samedi 5 novembre 2016 à 11:42
Source de l'article : Reporters.dz

Le siège national du Front de libération nationale (FLN), à Hydra, grouillait de monde ce jeudi à l’occasion de la cérémonie de sa baptisation du nom des six historiques qui ont décidé du déclenchement de la lutte de libération nationale.

Hormis, en effet, les membres du bureau politique (BP) et du Comité central (CC) du parti, il y avait de nombreux animateurs du mouvement dit de «redressement» du parti. C’est ainsi qu’il est essentiellement question d’Abdelaziz Ziari, ancien ministre de la Santé et ex-président de l’Assemblée populaire nationale (APN), d’Abdelkrim Abada, ancien député, Mohamed Seghir Kara, ex-député de Bouira et ancien ministre du Tourisme, ainsi que Salah Goudjil, ancien parlementaire. Ces quatre figures de proue de l’opposition à Saâdani, qui avaient déjà pris leurs distances par rapport au Front du temps où Abdelaziz Belkhadem était à sa tête, sont revenues, jeudi, dans le giron du FLN à la faveur de cette cérémonie.

Larges sourires, chaudes empoignades et accolades, ces désormais ex-animateurs du mouvement de redressement ont intégré la cérémonie comme s’ils n’avaient jamais quitté le parti : «Nous sommes des enfants du FLN», ont-ils lancé à la presse. Tout en précisant : «Quand on est un vrai enfant du FLN, on revient toujours à la maison.» «Ould Abbès a été désigné pour la réunification du parti et la réconciliation entre les enfants du FLN. Nous lui disons que cette réconciliation nous la voulons aussi et nous la souhaitons aussi pour permettre à notre formation d’aller forte aux prochaines élections législatives.» Seul Abderrahmane Bélayat, le coordinateur du mouvement de redressement du parti, n’a pas fait le déplacement.

Contacté pour connaître les raisons de cette absence, Bélayat nous a expliqué que ce jour-là, il était dans la wilaya de Batna. «Je n’ai pas fait le déplacement au siège du parti parce que j’étais en activité dans la wilaya de Batna. Je ne suis rentré que dans la soirée», a-t-il expliqué. Avant de préciser : «De plus, personne ne m’a invité. Mais ce n’est qu’une première rencontre, il y en aura d’autres.» De son côté, Djamel Ould Abbès, secrétaire général du parti, n’a pas manqué de lancer une nouvelle fois l’appel à «l’unité, à la réunification et à la réconciliation» au sein du parti. «Les portes du FLN sont ouvertes à tous, sans exclusive».

Le secrétaire général a néanmoins nuancé son propos : «Nos portes sont ouvertes à tous ceux qui, pour une raison ou une autre, ont pris leurs distances avec le parti, mais le retour doit se faire sans aucun préalable.» Questionné sur l’absence d’Amar Saâdani, Ould Abbès a indiqué que «c’est un détail. Il doit avoir ses raisons. Je dois vous dire qu’il n’y a aucun problème entre le FLN et le secrétaire général sortant». Quoi qu’il en soit, ce jeudi au siège du FLN l’ambiance était à la réconciliation entre les enfants du parti.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
27 queries in 0,479 seconds.