Spécial Présidentielles 2014

Toute l'actualité en direct
Jeudi 13 mai à 4:25
Ce qui a changé dans les dispositifs CNAC et ANSEJ

Ce qui a changé dans les dispositifs CNAC et ANSEJ

Le ministre du Travail a affirmé, hier, que l’Algérie a relancé à plusieurs reprises, le mécanisme d’adoption de l’amendement de la charte de l’OIT pour assurer, au continent africain, une représentation convenable.

«Les critères de la représentation au sein du conseil d’administration de l’OIT, permettent aux seuls pays industrialisés d’y siéger de manière permanente.

En 1986, il y a eu amendement des textes de l’OIT qui a permis de lever cette disposition,» rappelle le ministre.

L’amendement ne peut, cependant, entrer en vigueur que, dit Louh: «si un certain nombre de pays l’approuvent.»

Le problème est que depuis 1986, affirmet-il «on n’a pas atteint le quorum.» Pourtant, a-t-il relevé «c’est une réforme en faveur des pays africains mais il y en a, parmi eux, qui n’ont pas encore voté en faveur de l’amendement.»

Il rappelle que «dernièrement, à Addis Abeba, au cours de la réunion de la commission africaine a du travail et des relations sociales de l’Union Africaine, l’Algérie a proposé de relancer le mécanisme d’adoption de cet amendement par les pays qui ne l’ont pas encore fait.

C’est ce que nous avons fait d’ailleurs, il y a deux ans à Genève, lors de la réunion des pays non alignés et aussi au cours de la réunion de l’Organisation arabe du Travail».

A propos du dossier de contractualisation dans le domaine de la santé, examiné par le dernier conseil des ministres, Louh se contentera de dire qu’ «on est en train de préparer les outils nécessaires à la contractualisation avec les organismes de sécurité sociale et la santé»

Il s’étalera, par contre, sur la révision du dispositif de la CNAC et de l’ANSEJ, entérinée par le Conseil des ministres.

«Il y a eu une réforme concernant ce dispositif. A propos du dispositif de l’ANSEJ, le montant de l’investissement, pour les projets des jeunes est fixé à 10 millions de DA, alors que pour celui de la CNAC, il est de 5 millions de DA.

La réforme a concerné, en premier, l’unification des deux dispositifs, le montant fixé donc à 5 millions de DA a augmenté pour atteindre 10 millions de DA, semblable à celui de l’ANSEJ,» explique le ministre. La condition d’éligibilité a aussi été revue.

«Pour que le promoteur puisse bénéficier du dispositif CNAC, il fallait qu’il soit inscrit au niveau de l’ANEM, pendant 6 mois, aujourd’hui, ça été réduit à 1 mois,» a-t-il précisé.

Par ailleurs, a-t-il ajouté, le comité de sélection au niveau de la CNAC et l’ANSEJ ont été élargis à d’autres secteurs. En outre, «on a fixé un délai de deux mois aux banques pour trancher les dossiers.

L’objectif étant de faciliter le financement des projets inscrits au niveau des deux dispositifs,» a affirmé le ministre.

«On a aussi diminué l’âge minimum du promoteur au niveau de la CNAC, au lieu de 35 ans, il est aujourd’hui de 30 à 50 ans», a-t-il noté.

G. O.

Cliquez ici pour lire l'article depuis sa source

articles similaires Algérie360
articles similaires Algérie360

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook