A la veille de la session extraordinaire du comité central du FLN, Les deux parties n’arrivent pas à trouver un terrain d’entente

mardi 27 août 2013 à 20:33
Source de l'article : Horizons-dz.com

fln.jpgC’est le statut quo au FLN. A la veille de la tenue de la session extraordinaire du comité central (CC) du parti, les deux groupes, l’un conduit par Abderahmane Belayat et l’autre par Ahmed Boumehdi, n’arrivent toujours pas à aplanir leurs divergences pour tenir une session unifiée qui regroupera tous les membres dans un seul lieu.

« Chacun travaille dans son coin et multiplie les contacts pour regrouper le maximum de personnes de façon à se donner une légitimité », a affirmé un membre du CC. « Les deux parties n’ont pas pu s’entendre sur plusieurs points et chacun campe sur sa position, refusant de faire la moindre concession », observe-t-il. « Si ça continue, nous allons assister ce jeudi (demain : ndlr) à deux sessions du comité central, l’une à l’hôtel El Aurassi et l’autre au siège du parti à Hydra. C’est une division qui va faire mal à tout le monde.

Nous sommes dans une conjoncture où nous avons besoin d’un FLN uni et fort », prévient-il. La division a touché également les membres du bureau politique (BP) qui ne sont pas tous sur la même longueur d’onde. « Jeudi, une partie des membres du comité central va se rendre à l’hôtel El Aurassi, une autre au siège du parti à Hydra et un autre groupe a décidé de rester chez lui.

C’est à cette situation que nous sommes arrivés au FLN », nous a affirmé, hier, Kassa Aïssi, membre du bureau politique et porte-parole du parti. Interrogé sur les efforts fournis par les membres du BP pour resserrer les rangs du parti, le même responsable affirme que « cette instance a fait ce qu’elle devait faire ». « Le reste est une affaire de conscience », dira-t-il. « Les membres du CC sont majeurs et responsables de leurs actes. Chacun doit assumer les conséquences de ses décisions », soutient-il. La demande de recours rejetée hier par le tribunal administratif de Bir Mourad Raïs n’a pas dissuadé les cadres du parti et les partisans d’Abderahmane Belayat qui sont revenus hier à la charge, en introduisant un appel auprès du Conseil d’Etat afin de tenter d’annuler l’autorisation octroyée par le ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales pour la tenue du CC à l’hôtel El Aurassi. Les partisans d’Ahmed Boumehdi sont confiants quant à la réussite de leur rencontre à El Aurassi. Le spectre du boycott ne leur fait pas peur. « Logiquement et mathématiquement, nous sommes deux tiers des membres du CC à avoir signé la demande déposée auprès du ministère de l’Intérieur et des Collectivités locales pour tenir la session extraordinaire du CC, donc le quorum est atteint pour pouvoir élire un secrétaire général du parti », a déclaré Tahar Khaoua. La division que risque de vivre le parti ce jeudi n’est pas encouragée par ce groupe. « Nous voulons la stabilité du parti, c’est pour cela que nous souhaitons que tout le monde nous rejoigne et prenne part à cette rencontre. Notre objectif à travers cette initiative est de réunir le parti et de lui permettre de revenir sur la scène politique avec force et non dans la division », a-t-il ajouté. Tahar Khaoua appelle les membres du CC et du BP à mettre leur l’égoïsme de côté et à venir assister à la cession du CC à El Aurassi. « Nous sommes disposés à travailler avec eux et faire le nécessaire pour la réussite de ce rendez-vous », affirme-t-il.

Nouria Bourihane

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
26 queries in 0,622 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5