Ils sont mis à la disposition des citoyens par la GN et la DGSN ,10 55 et 15 48 : ces numéros qui sauvent

lundi 26 août 2013 à 10:31
Source de l'article : Liberte-algerie.com

dgsn.jpgPrès de 600 personnes ont été sauvées in extremis par la GN alors qu’elles se trouvaient en face d’individus qui avaient l’intention de donner la mort. Ce contact utile a permis également à la police de sortir d’affaire des dizaines de personnes dans des situations difficiles.

Des meurtres, des actes de vandalisme et de destruction des biens d’autrui, des vols, des accidents de la circulation, de la contrebande et du terrorisme, les Algériens recourent, au quotidien, au numéro vert 10 55 de la Gendarmerie nationale. Et pour cause, plus de 880 000 communications téléphoniques ont été enregistrées de janvier à fin juillet, soit une moyenne de 85 000 appels/mois par les services de la télématique (appelé aussi téléinformatique) de la GN. Selon un document exhaustif rendu public par la cellule de communication, près de 600 personnes ont été sauvées in extremis alors qu’elles se trouvaient en face d’individus qui avaient l’intention de donner la mort.

Et si les gendarmes ont reçu 263 427 appels en nocturne, on relèvera que, durant le mois du Ramadhan, pas moins de 126 073 communications téléphoniques ont été traitées par les 48 groupements de wilaya, sachant que chaque appel est immédiatement perçu et identifié dans chaque localité pour plus d’efficacité. La situation explosive aux frontières inquiète également les Algériens qui dénoncent chaque mouvement suspect d’individus ou de véhicules, notamment à l’est et à l’ouest du pays. Ainsi, note-t-on, plus de 8 660 appels, dont 1 270 liés au crime organisé, ont été effectués par des citoyens pour dénoncer des actes de contrebande, comme le trafic de carburant, le trafic de drogue et d’armes aux villes et villages frontaliers. Ce qui constitue un record en matière d’intervention et d’arrestations puisque les mêmes services ont interpellé des centaines d’immigrés clandestins, de narcotrafiquants et d’immigrés par la voie maritime. Au chapitre des appels liés directement à la sécurité des personnes, les citoyens ont effectué 9 073 appels pour dénoncer des agressions, signaler des rixes, des menaces de mort et des tentatives de suicide et de meurtres. Cela va sans dire, que plus de 818 000 appels sont directement liés à la situation des routes et des autoroutes, des plages, des commerces, des marchés ou encore des places publiques. Ce chiffre confirme un tant soit peu le souci qu’accordent davantage les citoyens à leur sécurité et celles des autres. Sur ce chiffre global, on relèvera également 29 347 cas inhérent aux appels au secours et à l’assistance sur les routes. D’ailleurs, 595 appels ont donné lieu aux arrestations immédiates alors que 18 918 autres appels ont été directement transférés vers les services des urgences médicales, à la Protection civile, à la Sûreté nationale et autres services administratifs chargés de la protection des biens et des personnes. En revanche, 25 228 appels ont été orientés vers les unités spéciales d’intervention (SSI), mais aussi aux ESR et BSR (sécurité routière) afin de prendre en charge les victimes. Enfin, note-t-on dans le même document, 17 333 interventions ont été effectuées suite au signalement des accidents de la circulation par les victimes et par les citoyens. Une chose est sûre, le numéro vert 10 55 de la GN a sauvé plusieurs vies et fait impliquer davantage les citoyens à la culture sécuritaire dans notre pays.

Plus de 55 700 appels sur le 15 48 en juillet

Concernant le numéro vert mis à la disposition des citoyens par la direction générale de la Sûreté nationale (DGSN), un record a été enregistré au mois de juillet avec 55 768 appels téléphoniques, soit une moyenne quotidienne de 1 858 communications qui atterrissent dans les salles de trafic de la police. Le pic a été atteint dans le Grand-Alger, avec 24 330 appels en 30 jours. Ce qui dénote, également, le souci des citoyens à se protéger et à protéger les autres. Ces appels s’ajoutent au numéro 17 qui demeure également très sollicité par les Algériens, notamment à partir du téléphone fixe. Selon un bilan établi par la cellule de communication de la DGSN, parmi ces appels, 5 873 appels sont liés aux interventions et aux secours, 1 095 autres appels pour signaler des accidents de la route, 23 795 concernant les demandes de renseignements et d’orientation, ainsi que 25 005 autres appels pour diverses raisons. Fonctionnel de jour comme de nuit, le 15 48 a enregistré un franc succès auprès de la population, notamment en cette période estivale qui enregistre un important flux de touristes sur les routes, les plages et lieux de plaisance. Il faut savoir que ce contact utile a sauvé des vies à des dizaines de personnes et dans des situations difficiles. D’ailleurs, ce numéro a connu une intense sollicitation des citoyens pour dénoncer les crimes et signaler les accidents de la circulation. En plus des interventions immédiates constatées à travers les 48 wilayas, le 15 48 a connu un pic de 24 330 appels dans le Grand-Alger où la criminalité a connu une baisse sensible grâce à ce procédé efficace. La disponibilité du service de ce numéro 24h/24 et 7j/7, mais aussi la compagne d’affichage de ce numéro à travers toutes les artères des villes algériennes a dissuadé à bien des égards les réfractaires à la loi de commettre leurs forfaits.

En ce sens, la DGSN a toujours insisté auprès des citoyens “à ne pas hésiter à contacter directement les services de la sûreté via le numéro vert pour demander aide ou assistance en toutes circonstances”. Cela va sans dire que des centaines d’appels sur le 15 48 ont été transférés à d’autres services, comme la Gendarmerie nationale, la Protection civile, les hôpitaux et les administrations territorialement compétents pour venir en aide aux victimes. Aussi, ce numéro a enregistré une forte demande de la part des jeunes universitaires, des bacheliers et des lycéens désireux de rejoindre les rangs de la police, et ce, pour s’enquérir des conditions de recrutement. Là aussi, en plus de la nécessité d’intervention, chaque appel atterrit à la salle de trafic de la localité à partir de laquelle il est émis. Ce qui représente un avantage pour faciliter l’écoute et l’intervention. “Ayez le réflexe 15 48 : vous êtes victime ou témoin d’une infraction composez le 15 48 votre appel peut être déterminant. Seulement, pour plus d’efficacité, il y a lieu de fournir trois informations essentielles, à savoir l’adresse précise des faits, la nature du problème et tous les indices pouvant aider les intervenants (nombre d’auteurs, armes, etc.)”, lit-on sur la page de garde du site de la DGSN.

F B

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
49 queries in 7,603 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5