Yacine Keroui : « La suppression de la règle 51/49% est devenue urgente »

lundi 25 mars 2019 à 10:42
Source de l'article : Lnr-dz.com

Par Samira Takharboucht

Longtemps accusé de protectionnisme envers les investisseurs étrangers, le gouvernement algérien a décidé en 2009 de miser à quitte ou double par la promulgation d’une nouvelle réglementation (51-49%) régissant les investissements étrangers en Algérie. L’objectif est de préserver l’économie nationale contre la fuite des capitaux et le soutien de l’investisseur local.

Ce qui n’a fait que repousser les entreprises étrangères et déprimer la situation des entreprises locales qui peinent à séduire et convaincre les partenaires étrangers. Dans cet entretien, le jeune entrepreneur Yacine Keroui, également, consultant en bourse, nous explique les raisons de l’échec de cette politique.

La règle 51-49% régissant l’investissement étranger semble avoir la peau dure, et ce, en dépit des résultats mitigés enregistrés par l’Algérie depuis sa promulgation en 2009. Au dernier bilan datant de 2018, les investissements directs étrangers (IDE) ont régressé de 26%. Pourriez-vous en tant qu’analyste et expert dans le domaine nous décrire brièvement la situation réelle des IDE en Algérie.
En plus de cette règle, nous pouvons citer plusieurs autres contraintes qui empêchent l’économie nationale de prospérer. Parmi ces freins, les accords d’entente et de partenariat signés entre l’Algérie et l’UE, où la politique de partenariat est unidirectionnelle. Tout était faux dès le départ. S’ajoute à ce faux pas, celui de tous les textes règlementataires contre-productifs institués par la Banque d’Algérie. Ces trois points à eux seuls ont réussi à faire régresser et paralyser l’économie. La valeur et le volume des IDE en Algérie sont insignifiants, pour ne pas dire nuls. Ce qui est normal. Ce ne sont que le fruit et résultat d’une réglementation insensée et non fructueuse. La situation témoigne de la faiblesse et de l’incohérence de la loi algérienne dans la gestion de l’investissement.

En général, ce genre de règlementation régressive est justifié par trois imposantes :
• Des apparatchiks gratte-papiers incompétents qui n’ont aucune notion temporelle, contextuelle et conjoncturelle de la compétition internationale et des préceptes économiques.
• Une manne pétrolière qui soutient les dépenses amplifiées de celles de l’État
• Un orgueil et des discours nationalistes dignes de l’ère soviétique.

Le gouvernement qualifie cette règle de «sacrée», promulguée dans l’objectif de préserver l’intérêt du pays et surtout de soutenir les opérateurs économiques locaux. D’après vous, pourquoi les premiers à contester et à considérer ce texte comme un frein à l’acte d’investir sont exactement les entrepreneurs algériens ?
Certes, une règlementation protectionniste peut évoluer et être modifiée, cependant quand les résultats sont décevants et ne concordent pas avec l’objectif initial du texte réglementaire. Il faut explorer d’autres pistes. Depuis son instauration aucun changement positif n’a été constaté donc, il faut réfléchir à d’autres solutions. A l’état où nous en sommes, le constat est très alarmant. Y a trop de contradiction et de contraintes. Le même gouvernement qui a promulgué cette loi est le même aujourd’hui qui a opter pour l’actionnement de la planche à billets. Une fois de plus sans prendre en compte les répercussions d’une telle action sur l’économie, le citoyen et les finances dans l’avenir.
Si nous avions eu une autre règlementation bien réfléchie et adéquate, aujourd’hui, nous n’aurions pas eu recours à ce mode de financement non conventionnel dangereux pour la valeur de la monnaie nationale et par conséquent pour l’économie du pays. Cette règle est sacrée uniquement pour déclencher la banqueroute, rien d’autre. Donc, les opérateurs économiques ont tout à fait raison de se plaindre, ils font face aux problèmes qui bloquent ou retardent leurs projets. Le temps c’est de l’argent pour un homme d’affaires. Il faut remédier à ce problème et faciliter les procédures administratives. Il faut comprendre que la compétitivité engendre la qualité, mais également, équilibre les prix.

Une éventuelle abrogation de cette règle a été inscrite dans l’avant-projet de la loi de Finances 2017, mais aucune suite n’a été donnée. Présentement, le gouvernement n’exclut pas cette possibilité. Qu’est-ce qui motive ce revirement dans sa position ?
En effet, avec ce mode de gouvernance nous n’avons pas eu vraiment le choix, soit nous nous appliquons, soit nous abandonnons. Ensuite, il faut assumer les conséquences. Ce qui n’est pas évident pour un chef d’entreprise pour maintenir ses investissements sur le marché. Sachant que l’urgence actuelle est le soutien de l’investissement hors hydrocarbures afin d’équilibrer le marché et satisfaire la demande locale. De plus, cette alternative œuvrerait pour promouvoir la diversification économique qui contribuerait à son tour à baisser la facture des importations et valoriser le pouvoir d’achat des algériens. Il faut accélérer les démarches et encourager les potentialités. D’ailleurs, le revirement est très facile à expliquer car la politique économique empruntée ces derniers temps par le gouvernement pour soutenir l’économie nationale est incohérente avec l’évolution financière du marché étranger. La planche à billets et les recettes des hydrocarbures ne peuvent pas à elles seules soutenir l’économie nationale, mais surtout couvrir les dépenses de l’Etat. Le Trésor public est déficitaire. Il faut maintenant opter pour des solutions adaptées et adéquates avec la situation financière du pays.

Son abrogation serait-elle vraiment la solution pour encourager et libérer les IDE en Algérie ? 
Cette règle a toujours été contestée tant par les promoteurs économiques Algériens qu’étrangers avec lesquels nous désirons conclure des partenariats gagnant-gagnant. Elle ne sert pas nos intérêts ni ceux du pays en crise. Donc, sans aucun doute, elle devrait être abrogée.
Entretien réalisé par : Samira Takharboucht

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
62 queries in 0,219 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5