Washington Post : « le régime algérien a survécu au Hirak en utilisant des tactiques de division »

A l’occasion du premier anniversaire du mouvement populaire (Hirak), le journal américain le Washington Post a consacré un article à la situation politique en Algérie dans lequel il a retracé les événements qui ont marqué une année de manifestations pacifiques en Algérie.

En une année « le mouvement de protestation sans tête, connu sous le nom de Hirak, a réussi à renverser Bouteflika et à emprisonner de grandes personnalités de son régime, dont plusieurs premiers ministres », a écrit le Washington Post.

Selon le journal américain qui estime que le système politique algérien reste fondamentalement inchangé, le résultat le plus visible du Hirak a été le déracinement du « clan Bouteflika ».

« La retraite militaire dans les coulisses, où elle se trouvait sous Bouteflika, suggère un succès pour le mouvement. Mais l’armée reste le centre du pouvoir derrière une façade civile dirigée par Tebboune « , a estimé le post, relevant qu’à ce jour, « il n’y a eu aucun changement à la constitution, aucun changement significatif pour rendre le système électoral plus crédible, et aucun pouvoir du parlement ou du pouvoir judiciaire pour contraindre la présidence. Pendant ce temps, les poursuites contre les personnalités du régime se sont limitées au clan Bouteflika »

Pour le Washington Post, « le régime algérien a survécu au Hirak en utilisant des tactiques de division et de contrôle et de répression ciblée »

« Il a d’abord cherché à polariser les manifestants selon des critères ethniques en arrêtant des manifestants brandissant le drapeau amazigh. Lorsque cela a échoué, il a arrêté d’éminentes personnalités de l’opposition, ainsi que des centaines d’autres manifestants. Le régime a également poursuivi les élections présidentielles de décembre malgré son rejet public et tenté de coopter certains groupes d’opposition dans ce plan », a ajouté le journal américain.