Vaccination des enfants: l’inquiétante pénurie des principaux vaccins

Vaccination des enfants: l’inquiétante pénurie des principaux vaccins

Plusieurs vaccins inclus dans le calendrier national du ministère de la Santé pour la protection des enfants d’un bon nombre de maladies enregistrent une pénurie au sein des structures hospitalières publiques.

Le constat de la pénurie des vaccins pédiatriques qui a duré depuis des semaines a été fait auprès de plusieurs établissements de santé publique et les services de vaccination. Par conséquent, des retards énormes en matière de vaccination de nourrissons et enfants de bas âge ont été enregistrés auprès de ces structures.

Il s’agit, selon ce qu’a rapporté le quotidien El Watan, de cinq principaux vaccins, à savoir : le « vaccin contre la poliomyélite oral (VPO), le vaccin inactivé en forme injectable contre la poliomyélite (VPI), le vaccin combiné contre la rougeole, oreillons, rubéole (ROR), le vaccin contre l’hépatite B (HVB) et le vaccin contre la tuberculose (BCG).

Certains chefs de service d’établissements sanitaires publics, sous couvert d’anonymat, ont affirmé au même journal qu’il y a bel et bien une pénurie en la matière, tout en montrant leurs inquiétudes quant aux retards de la vaccination qui risque d’avoir des conséquences graves sur les enfants.

Une situation « due à la crise sanitaire du coronavirus »

Ces responsables redoutent, en effet, la réapparition de plusieurs maladies déjà éradiquées telles que la rougeole, ou encore la poliomyélite ». Selon l’un d’eux, « la situation urge et des mesures doivent êtes prises immédiatement pour approvisionner les centres de vaccination ».

Pour ce responsable d’établissement, cette pénurie est due essentiellement à la crise engendrée par l’épidémie du coronavirus. Dans ce sens, il note que vers le début du coronavirus, les parents ne se rendaient pas aux rendez-vous de vaccination de leurs enfants. À ce moment-là, il note une disponibilité assez normale des vaccins.

Cependant, et après l’accalmie de l’épidémie planétaire, les centres de vaccination d’enfants ont connu un rush causant l’épuisement des stocks qui ne sont donc pas encore renouvelés du fait des conditions sanitaires actuelles, ajoute-t-on.

Des vaccins à hauteur de 2000 DA dans des cliniques privées

Face à cette situation, plusieurs parents ont eu recourt aux cliniques privées où les prix d’une dose sont proposés entre 1200 et 2000 DA, voire plus.

Selon ce qu’a rapporté le quotidien l’Expression dans son édition de ce dimanche, certaines cliniques relevant du secteur privé proposent la dose à hauteur de 8000 DA. Malgré cela, les salles d’attente de ces structures bondent de monde, indique-t-on.