USMA : Haddad : «C’est en fin de saison que des comptes seront demandés à Courbis»

USMA : Haddad : «C’est en fin de saison que des comptes seront demandés à Courbis»

usma.jpgJoint par nos soins, hier, Rebouh Haddad, le n°2 du club, est revenu sur les choix du coach face aux Panthères du Ndé ainsi que sur les choix qui n’ont pas été du goût de certains. «L’entraîneur a pris des décisions, de notre côté, nous ne pouvons que les respecter. Je ne peux pas m’immiscer dans le travail du coach, mais s’il y a des comptes à rendre, nous le ferons après la fin de la saison», a-t-il dit.

«Ce n’est pas à l’entraîneur de marquer des buts»

Haddad ne s’est pas arrêté là, puisqu’il a enchaîné en nous disant : «Les choix de l’entraîneur n’ont pas été du goût de certains, mais tout le monde a vu que nous avons dominé notre adversaire. Nous nous sommes créé plusieurs occasions de marquer d’autres buts, mais nous avons manqué de réussite. La chance nous a tourné le dos. Il y a eu le penalty raté par Hanifi, l’action de Seguer et le poteau de Ziaya en fin de match, donc nous aurions pu les battre par un score plus large. Nous avons fait l’essentiel et ce n’est pas à Courbis d’entrer sur la pelouse et marquer des buts à la place des joueurs.»

«Ceux qui sont pour le retour de Allik n’ont qu’à nous rembourser ce que nous avons déboursé et l’USMA sera à eux»

A propos des supporters, Rebouh Haddad a dit : «Ceux qui sont pour le retour de Allik n’ont qu’à nous rembourser ce que nous avons déboursé et l’USMA sera à eux. Ceux qui nous ont insultés sont des personnes manipulées. Ils ont été montés contre nous et ils ont été envoyés spécialement pour nous casser, mais ils ne parviendront pas.»

«Ni Allik ni quelqu’un

d’autre ne pourront apporter les fonds nécessaires»

Pour conclure, le frère de l’actionnaire majoritaire a tenu à dire que «ni Allik ni quelqu’un d’autre ne pourront apporter les fonds nécessaires pour faire avancer l’équipe. Nous avons déployés de gros moyens. Ce que nous avons fait jusque-là, personne ne pourra le faire, c’est pour cette raison que nous comptons continuer notre mission». Voilà qui est désormais clair.

—————————–

Bologhine, le nouveau cauchemar des Rouge et Noir

Pour le compte du match aller des 16es de finale de la Coupe de la CAF, les Rouge et Noir ont reçu les Panthères du Ndé. Une rencontre qui s’est soldée par une victoire par la toute petite des marges, mais le fait marquant lors de cette soirée n’a été autre que le traitement que les dirigeants, membres du staff technique et joueurs ont eu droit de la part des supporters présents. Ces derniers, visiblement pas satisfaits du parcours de leur équipe favorite, n’ont pas hésité à s’en prendre à Courbis, ses joueurs et même au président Haddad en les insultant, n’épargnant ainsi personne. Dans tous leurs états, les supporters présents à Bologhine ont fait passé aux coéquipiers de Hanifi une sale soirée qu’ils n’oublieront pas de sitôt. Déjà mal accueillis un peu partout dans les autres stades, à présent c’est chez eux qu’ils le sont, et c’est ce qui pourrait bien coûter cher au club puisque une telle situation n’arrange guère les affaires du club dont les prochains rendez-vous sont d’une grande importance pour la suite de la saison.

Courbis et les joueurs en ont marre de cette situation

Juste après l’apparition des joueurs, les supporters n’ont pas arrêté d’insulter les membres du staff technique et les joueurs, à cause des mauvais résultats enregistrés ces dernières semaines. N’ayant pas accepté que leur club favori ne gagne pas à domicile face à Al Ismaily ou lors des matchs qui étaient à la portée des coéquipiers de Zemma, certains supporters ne cessent de s’en prendre au technicien français et à ses protégés, et c’est ce qui les agace. D’ailleurs, certains joueurs n’ont pas hésité à nous faire part de leur colère en nous affirmant qu’ils ont en marre de cette situation. Le coach, quant à lui, et même s’il n’a rien dit, à voir sa réaction lors de la conférence de presse de dimanche soir, a voulu montrer qu’il ne tolérait pas qu’il soit insulté lui et ses joueurs, alors qu’ils ont gagné et sont en train de faire tout leur possible pour réaliser le meilleur parcours possible. Entre certains supporters et les Rouge et Noir, ce n’est plus l’amour fou, c’est donc le club qui pourrait être le grand perdant à cause de cette situation.

Les choix du coach contestés

Face à l’équipe camerounaise, Rolland Courbis a décidé d’opérer plusieurs changements dans le onze. Des changements qui n’ont pas été du goût de certains supporters et dirigeants puisque nous avons même appris que ces derniers auraient voulu voir des éléments suspendus pour le prochain match de championnat sur la pelouse, dimanche, à l’image de Khoualed et Meftah. Une présence qui aurait pu apporter un plus, tout comme celle de Chafaï qui vient de rater la deuxième rencontre, à cause des choix du coach. Ayant pu remporter cette rencontre, le plus dur reste à faire à Douala lors du match retour, puisque le score d’un but à zéro n’est pas rassurant face à un adversaire dont les joueurs nous ont affirmé que les Usmistes sont faibles physiquement et c’est ce qui leur permettra de faire la différence lors de la seconde manche.

Les supporters doivent se montrer compréhensifs !

Les supporters ont le droit d’être en colère envers les joueurs de leur club favori, des membres du staff technique ou des dirigeants, mais ils doivent aussi savoir choisir le moment pour demander des comptes. Le faire lors des matchs de compétitions internationales n’est pas opportun car l’USMA a beaucoup plus besoin de soutien qu’autre chose. Actuellement toujours en course sur tous les tableaux, certains supporters doivent donc se montrer plus compréhensifs et tenter de soutenir leur équipe favorite, plutôt que l’inverse.

—————————–

Zemmamouche «Les supporters doivent soutenir l’équipe, pas le contraire !»

Pas concerné par le match d’avant-hier, après que le premier responsable à la barre technique eut décidé de le laisser au repos, Mohamed Amine Zemmamouche s’est quand même déplacé au stade Bologhine, pour assister à cette rencontre ayant opposé l’USMA aux Panthères du Ndé. Mais un accrochage entre son accompagnateur et un supporter l’a poussé à quitter les lieux plus tôt que prévu. Joint par nos soins, hier, le gardien de but usmiste est revenu sur ce match ainsi que sur cet incident.

Comment avez-vous suivi cette rencontre face aux Panthères du Ndé ?

Je l’ai suivie, comme si j’étais sur la pelouse. J’étais de tout cœur derrière mon équipe. J’aurais bien voulu apporter mon soutien à mes coéquipiers à partir de la tribune officielle, du moment que je n’ai pas été retenu pour cette rencontre. J’ai fait le déplacement, mais un incident s’est produit au moment de mon arrivée au stade. Ce qui m’a poussé à prendre la décision de quitter les lieux, pour rentrer chez moi en compagnie de mon ami qui m’a accompagné pour suivre ce match.

Justement, qu’est-ce qui s’est passé au juste ?

J’étais accompagné d’un ami que je considère comme un frère et qui aime le Mouloudia. C’est un supporter du MCA, mais s’il a fait le déplacement, c’est pour assister à un match de Coupe de la CAF. Il n’avait aucune mauvaise intention. Tout ce qu’il voulait, c’était de suivre avec moi un match de football, mais au moment où nous sommes arrivés, il a eu un accrochage avec un supporter de l’USMA. Pour ne pas envenimer les choses, nous avons décidé de rentrer à la maison.

Avant cet incident, vous aviez eu un accrochage avec des supporters lors du match face à Al Ismaïly ; qu’avez-vous à nous dire à ce sujet ?

Lors de cette rencontre, il n’y a rien eu de grave. A un certain moment de la partie, un groupe de supporters composé de quatre personnes s’en est pris à moi, en m’insultant. Je leur ai fait signe de venir me le dire en face, après la fin de la rencontre. J’ai réagi ainsi avant même de gagner mon duel avec l’attaquant égyptien. Je les ai attendus pour espérer avoir une explication  et savoir pour quelle raison ils se sont acharnés sur moi, mais personne n’est venu, donc pour moi le sujet était clos. Je profite de cette occasion pour apporter une précision. Il faut savoir que quand nous gagnons, c’est la victoire de tout le groupe et que si nous perdons, c’est aussi tout le groupe qui est concerné. Je ne suis pas un ingrat aussi. Ne pas encaisser n’est pas une obsession pour moi. Maintenant si j’encaisse cinq buts et que l’USMA en marque six, cela ne constitue pas un problème pour moi.

Revenons sur le match qui a opposé votre équipe aux Panthères du Ndé. Quelle analyse en faites-vous ?

Je pense que mes coéquipiers auraient pu l’emporter par un score plus large, mais ce ne fut pas le cas. Il faut être compréhensif, parce qu’ils ont fait le nécessaire, sans pour autant réussir à inscrire d’autres buts. C’est dommage de voir que leurs efforts n’aient pas été récompensés. Le football est ainsi fait.

Pensez-vous que ce résultat pourrait être suffisant pour se qualifier au prochain tour ?

Nous le saurons après le match retour. Tout ce que je peux dire par contre, c’est que nous avons gagné, c’est l’essentiel. Au retour, il va falloir se battre à fond. Nous savons ce qui nous attend et nous allons faire tout notre possible pour revenir avec la qualification dans nos bagages.

Qu’avez-vous à nous dire à propos des supporters présents lors de cette rencontre et qui n’ont épargné personne par leurs insultes ?

Qu’ils sachent que leur réaction n’aide guère le groupe. Au contraire, ça nous déstabilise. Ils ont le droit de critiquer, mais il faut choisir le bon moment pour le faire. Nos avons besoin de nos supporters, ceux qui nous soutiennent, et nous espérons les avoir à nos côtés lors de nos prochains rendez-vous. De notre côté, nous leurs promettons de faire le nécessaire pour réaliser les meilleurs résultats possibles.

—————————–

Hanifi : «Me faire insulter avant même de tirer le penalty m’a fait mal»

Au club depuis le mois de janvier, Salim Hanifi a été titularisé dimanche, pour la troisième fois depuis qu’il est au club. Voulant bien faire, l’attaquant des Rouge et Noir s’est présenté pour tirer le penalty accordé à son équipe, suite à une faute sur Boudeboua. Un penalty qu’il a, malheureusement, raté. Joint par nos soins, le n°7 nous a dit à ce sujet : «J’assume mes responsabilités. Je voulais marquer, mais ça n’a pas été le cas. Maintenant, il est certain que je suis déçu. Ce qui m’a fait mal aussi, c’est la réaction de certains supporters. Ils m’ont insulté, alors que je m’apprêtais à tirer le penalty. A ce que je sache, je suis un joueur de l’USMA. S’ils l’avaient fait avant que je ne le tire, ça ne m’aurait pas posé de problème, mais le faire avant, c’est inadmissible», a-t-il pour conclure.

—————————–

Al Ismaïly-USMA se jouera au Caire

Prévu, dans un premier temps, au Caire, le match retour entre Al Ismaïly et l’USMA a été délocalisé en Alexandrie, avant que les autorités égyptiennes ne changent, encore une fois, le lieu de cette rencontre, en optant une nouvelle fois pour Le Caire. C’est donc le 2 du mois prochain, au stade des Forces aériennes, que cette rencontre se jouera. Pour rappel, c’est sur un score vierge de zero partout que le match aller s’est terminé.

—————————–

Le déplacement au Cameroun à bord d’un vol spécial

C’est à bord d’un vol spécial que les Rouge et Noir se rendront à Douala. Le départ est prévu pour le 4 avril, soit quelques heures après le retour des membres de la délégation du Caire. Ayant étudié la possibilité de rallier le Cameroun à partir du du Caire, c’est en fin de compte à parti d’Alger que les protégés de Courbis se déplaceront au pays des Lions indomptables.