USMA : Courbis : «Je viens pour corriger pas pour construire»

USMA : Courbis : «Je viens pour corriger pas pour construire»

Courbis-01ddsds.jpgRolland Courbis, le nouvel entraîneur de l’USMA a donné sa première conférence de presse, à l’issue de la victoire de son équipe contre la JSK.

D’une durée de 45 minutes avec l’accent propre des habitants du sud de la France, Courbis parle des objectifs qu’il a sans doute tracés avec les propriétaires du club de Soustara. «Je ne viens pas pour construire une équipe. Ce genre de travail ne se fait pas à presque la moitié du championnat. Mais je viens pour apporter des corrections et pour gagner le maximum de matchs en championnat. Et arriver à classer l’USMA parmi les meilleurs.»

«Le championnat et la coupe principaux objectifs de la saison»

Quant aux objectifs de la saison que le coach a tracés avec les Haddad, Courbis les classe par priorité. «Les principales compétitions sont le championnat, d’abord, ensuite la Coupe d’Algérie. Les autres compétitions ou l’USMA est encore en lice ne sont pas plus importantes que ça. Nous nous concentrerons sur le championnat et y mettrons de notre mieux pour gagner le maximum de matchs.»

«La Ligue des champions arabe et la Coupe de la CAF pour mieux nous préparer, sans plus»

Pour être plus précis, l’USMA est concernée par deux autres compétitions, celles de la Coupe de la CAF et la Ligue des champions arabe. Courbis veut faire profiter l’ensemble de son effectif de ces compétitions et permettre à son équipe de gagner en expérience. «La Coupe de la CAF et la Ligue des Champions seront prises en compte de manière intelligente. Gagner en expérience, et permettre à certains joueurs d’avoir des matchs dans les jambes. On jouera le jeu et essayerons de gagner nos matchs. Mais, sans plus.»

«J’ai atteint 18 fois sur 22 mes objectifs, c’est dans cet esprit que je suis là»

Courbis ne tourne pas autour du pot, il a des réponses directes et sans ambages. Comme par exemple celle concernant la durée de son séjour à Alger en tant que patron de l’USMA. «J’ai signé un contrat de 18 mois, je ne suis pas ici pour construire une équipe ou faire de la formation et travailler à long terme. Je viens gagner des titres. J’ai atteint mes objectifs 18 fois sur 22 et je tâcherai de réussir cette fois encore.»

«La victoire contre la JSK c’est Dziri et nous étions meilleurs

en 2e mi-temps»

Concernant son premier match à la tête des Rouge et Noir, Courbis rend hommage à Dziri et explique que la victoire revient à l’ancienne vedette de l’USMA et aux joueurs aussi. «C’est Dziri qui avait la charge de former le onze titulaire, et c’est lui qui a procédé aux changements. Le mérite revient, aussi, aux joueurs qui sont à féliciter.» En ce qui concerne le match proprement dit, Courbis juge qu’il était moyen, avec par moments des temps forts en faveur de l’USMA et de la JSK. «En première mi-temps, nous avions commis des erreurs et on n’a pas bien joué. Mais en seconde période, on a eu une meilleure réaction, on a pris possession du ballon et on s’est créé de nombreuses occasions dont l’une a été transformée en but. C’était l’essentiel dans un match difficile, contre un gros morceau.»

«Tlemcen au repos observait notre tactique de jeu»

Comme il l’explique, le coach de l’USMA craint la fatigue à force de jouer des matchs sur une courte période. «La fatigue des joueurs est à prendre en ligne de compte. Parce que je constate que les joueurs ont joué beaucoup de matchs sur une courte période. Ça peut influer sur le rendement des joueurs. J’ai fait reposer Deham parce qu’à 35 ans, il a besoin de récupérer ses forces pour être prêt dans trois jours et son remplaçant va pouvoir profiter de temps de jeu. Pendant ce temps, Tlemcen était au repos et nous observait à la télévision pour mieux étudier notre tactique»

«Le tartan est un souci, je ne veux pas un autre cas Andréa»

Courbis n’aime pas le tartan. Pour le coach des Rouge et Noir, il est la cause des blessures. «Le tartan est un problème sérieux. Je ne veux perdre d’autres joueurs comme c’est le cas avec le Malgache (Andréa, Ndlr). On peut faire avec les problèmes de la programmation et de la fatigue, mais si on rajoute les problèmes que peut nous causer le tartan cela va compliquer encore plus notre tâche. »

———–

Un grand chantier attend Courbis

Soulagement ! Les supporters usmistes se sont retrouvés contraints de compter avec les doigts les dernières secondes du match contre la JSK, d’autant plus que les Kabyles étaient tout proches de l’égalisation dans le temps additionnel. En effet, après un nul et une défaite au stade Omar-Hammadi de Bologhine, les coéquipiers de Chafaï, qui étaient dos au mur, ont su profiter de l’unique occasion pour ouvrir le score et offrir aux fans une première victoire at home. Seulement, rien n’est encore acquis, du moment qu’un très grand travail attend le nouvel entraîneur, Courbis, qui a débuté officiellement ses fonctions, hier. Le prochain match de championnat contre le WAR sera celui de la confirmation pour les Rouge et Noir, lesquels, désormais, n’auront plus le droit à l’erreur s’ils veulent garder un espoir de se rapprocher des leaders.

L’attaque pose toujours problème

Nul doute que le compartiment offensif de l’USMA ne fonctionne plus convenablement ces derniers temps. Malgré la présence de Deham, Seguer, Djediat et Feham, il aura fallu attendre une réaction d’un défenseur pour débloquer la situation contre la JSK. Autrement dit, le premier responsable à la barre technique, Courbis, et son adjoint Dziri, devraient régler ce problème d’attaque, avant que ce soit trop tard. Avec un tel effectif, les supporters exigeront automatiquement de jouer les premiers rôles. Cependant, pour y arriver, il faudrait être tout le temps efficaces.

La défense tient  bon

Contrairement au compartiment offensif qui se cherche toujours, les milieux de terrain, à l’image de Koudri et Bouchema, et les défenseurs, Khoualed et Chafaï, tiennent convenablement leur rôle. La preuve, le staff technique ne pourra être que satisfait de leur rendement, en attendant une amélioration au niveau de l’attaque.

———–

Chafaï : «On voulait ce 1er succès à Bologhine»

Buteur décisif lors du Clasico face à la JSK, le défenseur central usmiste, Chafaï s’est dit très réjoui de cette victoire. L’international algérien estime que l’USMA devait gagner ce match pour éviter de replonger dans la crise.

Vous avez finalement eu le dernier mot lors de ce Clasico face à la JSK. Quel est votre commentaire sur ce match ?

Il faudrait dire que nous n’avions pas tellement le choix que de gagner ce match. Après avoir raté tous nos rencontres à domicile, on était vraiment sous pression. Je suis heureux pour la victoire, car elle était impérative. Cela va nous permettre de bien enchaîner la compétition. Il va falloir maintenir cette dynamique de bons résultats, car la seule chose qui compte aujourd’hui, c’est de se replacer sur le podium.

Quel a été votre sentiment lorsque vous avez inscrit le but de la victoire ?

C’est une sensation vraiment unique. Je suis très heureux d’avoir contribué au succès de mon équipe. Je suis un joueur qui aime tenter sa chance devant. Lors de l’action du coup franc, j’ai suivi parfaitement bien le ballon. Je me suis bien démarqué des défenseurs, et j’ai mis le ballon au fond. Que ce soit moi ou un autre, l’important est d’avoir gagné cette rencontre.

Comment avez-vous trouvé votre adversaire ?

La JSK n’est plus une équipe à présenter. Ce qui est certain, c’est que ça n’a pas été une chose facile. Nous avons trouvé pas mal de difficultés, notamment en première période. Mais par la suite nous avons repris confiance en nous. Le fait de n’avoir gagné aucun match à Bologhine a beaucoup pesé sur le moral. Il fallait gagner cette fois-ci. C’est ce que nous avons fait. Je tiens à dire que mon but est valable et qu’il n’y avait pas de position de hors-jeu. Il n’y a rien à dire à ce sujet.

Vous allez affronter le WAT ce samedi. Pensez-vous réaliser votre second succès à domicile ?

Je le souhaite. Il est plus difficile de rester dans cette dynamique. On doit confirmer que notre succès face à la JSK, n’est pas le fruit du hasard. Si on arrive à reproduire la même prestation que lors du classico, je suis persuadé qu’on empochera les trois points de la victoire. Pour jouer le titre, il faut gagner à domicile. Le calcul est simple.

Le WAT traverse une situation difficile. Pensez-vous que c’est un avantage pour vous ?

Non, du moment que toutes les rencontres seront difficiles et toutes les équipes se valent. Nous sommes l’équipe à battre en championnat, et tout le monde nous attend au tournant. L’erreur est de prendre le WAT de haut. Nous avons vécu l’expérience avec le CABBA, qui nous a battus devant nos supporters. Cette fois-ci, il va falloir tout donner car chaque point à son importance avant la fin de la phase aller.

———–

Deux matches en trois jours

La récupération, l’autre souci du chef !

Pour battre la JSK, les joueurs de l’USMA se sont retrouvés dans l’obligation de fournir des efforts remarquables durant toute la partie. En effet, le staff technique mise plus que jamais sur la récupération, ces derniers jours, du moment que les coéquipiers de Hamza Koudri, qui ont livré plusieurs matches, en passant par un long voyage en Mauritanie, préparent d’ores et déjà une autre empoignade ce samedi contre le WA Tlemcen. Autrement dit, le staff technique n’aura que deux jours pour remobiliser les joueurs et mettre en place un autre dispositif tactique dans le but de surprendre les Widadis qui traversent une période délicate depuis l’entame de la saison.

———–

Dziri : «J’apprendrai aux côtés de Courbis, riche en expérience»

Billel Dziri se dit disponible pour fructifier son expérience auprès d’un entraîneur dont la renommée a dépassé l’Hexagone : «Je ferai de mon mieux pour aider Courbis dans sa tâche. Je profiterai de sa riche expérience sur les terrains pour continuer à apprendre.»

Gasmi : «Je n’en ai pas cru mes yeux après le ratage»

Gasmi avait le but au bout du pied quand il s’est présenté seul devant le gardien de la JSK. Il répond désappointé, mais garde le sourire : «Je n’arrive pas à croire comment j’ai pu rater  cette occasion. Je croyais avoir fait l’essentiel, mais des fois, quand le ballon ne veut pas rentrer, on n’y peut rien.»