Une des belles régions, qui pourrait servir comme matrice touristique du pays: Collo, la muse inspiratrice…

samedi 18 août 2018 à 12:53
Source de l'article : Lexpressiondz.com

Par 

La rencontre entre djebel Dumbo et la tranche insulaire de la presqu’île forme une espèce de panorama atypique, voire de rêve, surtout lors des moments cruciaux où le coucher de soleil commence à esquisser ses fils cramoisis, défilant ainsi son spectacle comme une espèce de mythe inaugurateur sur fond d’une magie idyllique.

S’il y a un lieu qui réconcilie les gens avec leur humanité, c’est bien la ville de Collo et ses petites bourgades façonnées de telle sorte que la joie et la gaieté se substituent aux formes lugubres et monotones d’une routine annuelle faite d’efforts accompagnés de stress et de platitude agaçante.
Collo, la muse inspiratrice, voire la sirène de la côte est du pays n’a jamais cessé d’impressionner et d’émerveiller le visiteur et l’arpenteur de ses massifs, ses reliefs et son littoral qui subjugue et qui envoûte davantage. La description n’est pas une sorte d’apanage ou d’imagination colportée en guise d’enjoliver un lieu qui est au demeurant ensorcelant et enivrant par nature. Collo gagne en visiteurs et d’estivants chaque année que la saison estivale annonce son «oracle» inaugurateur d’un moment exprimant l’allégresse de l’été et ses charmes au goût suave.
La ville de Collo fait partie de la wilaya de Skikda, anciennement «Philippe-ville» pour ceux qui ont vécu la période coloniale, c’est aussi «Rossicada» pour ceux qui en ont gardé l’appellation romaine avec orgueil et ostentation en montrant la profondeur et l’ancrage de cette ville au mille contes et histoires.
Si le tourisme devrait connaître un essor réel dans le pays, il va falloir investir de la manière aussi réfléchie que planifiée dans des endroits comme la ville de Collo et celles qui lui ressemblent en termes de caractéristiques et spécificités en mesure de booster ce créneau qui connaît de véritables atermoiements et tergiversations. La région de Collo offre un spectacle pittoresque en matière de paysage qui concilie la montagne et ses reliefs avec un massif riche et diversifié imposant un décor faisant de la côte et des plages de cette région un véritable lieu de villégiature, pour ne pas dire un havre de paix et de repos au sens large du terme. D’ailleurs, le poids de cette beauté que renferme la région de Collo se fait sentir dans tous ses rivages et endroits qui expriment jalousement leur force attractive grâce à cette magie que dégage cette région côtière par excellence. Parler de Collo, c’est remettre les pendules de la nature à l’heure et laisser libre court à l’instinct naturel de guider la personne qui baigne dans cette dimension féerique et subliminale. C’est le cas d’un lieu qui charme tant d’estivants venant de l’Algérois pour passer des moments des plus calmes et paradisiaques, loin du vacarme et le stress de la capitale. Il s’agit de «Tamanart», un lieu où se fait la rencontre entre la mère azurée et la rivière limpide alimentée par les sources émanant du Djebel «Kanoua’e» qui surplombe le lieu avec son massif constituant une chaîne de montagnes offrant un paysage panoramique.

Voir Tamanart et mourir…
Beaucoup d’Algériens construisent des clichés sur les lieux et les endroits de ce beau pays, c’est une réalité qui s’estompe dès qu’ils sont confrontés à l’autre réalité dépourvue de préjugés et de stéréotypes longtemps entretenus sans vérifier la véracité et la teneur de ces archétypes qui ont contribué dans la désinformation quant à ces régions qui non seulement sont en mesure de concurrencer les autres beautés naturelles dont renferme le monde, mais dans certains cas, il faut le dire sans avoir à rougir, certains lieux font taire ce qui est considéré comme merveille chez nos voisins et d’autres pays où le tourisme balnéaire constitue une rentrée en devise par excellence.
Tamanart vient d’être visitée par un nombre important, cette année, de gens d’Alger. Par rapport à l’année dernière, cette côte est très prisée de par ses caractéristiques et l’état vierge de ses rivages et de son massif qui dégage une espèce de magie indescriptible.

L’orgueilleux djebel Dumbo ou la beauté déferlante!!
Le camping «sauvage» reprend ses droits dans cet îlot où la mer berce l’estivant jusqu’à avoir la sensation d’être emporté par la brise insulaire de cet endroit à l’air balsamique et à la fraîcheur marine. Tamanart est située entre deux montagnes aussi imposantes que belles, la montagne de Bougaroun qui surplombe toute la baie de Collo et celle de Kanoua’e où l’eau de source irrigue tout le massif et le flanc de la région de Collo. Cette alchimie naturelle donne à Tamanart une particularité lui permettant de se distinguer par sa biodiversité aussi riche et belle. Tamanart est un endroit de villégiature qui permet aux estivants de rompre avec la morosité de la ville et son vacarme, mais aussi avec l’air pollué et le tapage au quotidien. La sérénité et la quiétude sont le lot de cette partie «idyllique» de la région de Collo; elle procure la paix intérieure et le repos mental et moral. Les estivants se permettent des balades via des barques conçues pour la circonstance en sillonnant des plages et des lieux dont la beauté laisse les estivants pantois comme c’est le cas pour l’endroit qui s’appelle «Qbiba» ou «El Ghar». Ce sont des lieux qui imposent l’émerveillement pour les visiteurs qui découvrent des beautés à ciel ouvert et qui essaient de profiter de ce paysage en s’offrant à un spectacle consistant à éterniser ces moments à travers la prise des photos et des vidéos pour faire de cette visite un moment fort de souvenirs si riches et envoûtants.
Dans cette ambiance où la verdure côtoie les rivages aux sables cristallins, Tamanart se veut comme un tableau qui a été sculpté et peint par la main de la nature créant ainsi une symphonie dégageant une certaine harmonie où le massif et la mer constituent une rythmique langoureuse incitant à un rituel naturel des plus enchantants et des plus berçants.
L’été à Tamanart se confond avec l’esprit de la découverte et le haut sens de l’appartenance à un environnement qui offre une certaine fierté naturelle qui se dégage de la part des visiteurs qui découvrent les joyaux de cet endroit ensorcelant.
Collo est une région qui ne cesse de surprendre ses visiteurs, c’est une ville où le visiteur ne pourrait faire dans le choix et la préférence quant aux lieux et endroits. Visiter un lieu ce n’est pas un moment qui permet au visiteur d’oublier le lieu précédent. Collo est une ensorcelante, mais aussi une entité captivante, elle convoite, pour ainsi dire, elle est irrésistible de par la panoplie de paysages qu’elle offre aux estivants et aux touristes qui s’adonnent au tourisme populaire. Le cas de djebel Dumbo c’en est un parmi les lieux «somptueux» par leur beauté naturelle. Djebel Dumbo est un lieu imposant par sa montagne jonchée d’arbres de liège et de chênes et autres arbustes marins. Il surplombe toute la ville de Collo, lui donnant une identité si orgueilleuse et si belle. Sa beauté réside dans son emplacement qui enjambe la presqu’île qui imprègne la ville de Collo de sa particularité. La rencontre entre djebel Dumbo et la tranche insulaire de la presqu’île forme une espèce de panorama atypique, voire de rêve surtout lors des moments cruciaux où le coucher du soleil commence à esquisser ses fils cramoisis défilant ainsi son spectacle comme une espèce de mythe inaugurateur sur fond d’une magie idyllique.
C’est cela djebel Dumbo, un panorama aux couleurs d’une nature qui a horreur du vide. La joie de vivre se fait exprimer grâce à ce tableau qui influe même sur les esprits et la mentalité des colliotes connus par leur sobriété et leur tolérance.
C’est à la presqu’île qui longe le long du centre névralgique de Collo que le sens de la joie et de la gaieté estivales prennent toutes leurs expressions, la forme rocheuse de la presqu’île lui confère une singularité à part, elle rassemble tous les aspects de l’harmonie dont dispose la région de Collo pour en faire une véritable synergie à ciel ouvert. Aïn Doula, ce lieu mythique, est une quintessence de toute la beauté que renferme Collo, c’est un véritable havre et une halte «obligée» pour les estivants qui ne peuvent pas se passer de cet endroit qui frise le subliminal. C’est à Aïn Doula, le chef-lieu balnéaire de la ville de Collo que le vivre ensemble est considéré comme un mode opératoire, les estivants trouvent leur mode de vie dans la différence et le respect de l’Autre sans que cela offusque ou porte préjudice aux Colliotes, c’est-à-dire les autochtones de la région.
Chacun est libre d’adopter la façon qui sied à sa manière vestimentaire pour accomplir son «rituel» estival loin du diktat et de la mainmise émanant des «gardiens de la morale». Les estivants sentent la vie sobre, simple et facile dans la région sans avoir la difficulté de se laisser emporter par les «réflexes» somme toute relevant de l’autocensure à cause de certaines pratiques et contraintes qui prennent de l’ampleur dans certaines villes du pays à propos de comportement vestimentaire qui est imposé aux estivants.
Cette «logique» somme toute saugrenue n’existe pas à Collo où les estivants sontlibres d’opter à leur guise quant à la façon vestimentaire dont ils font référence;

Aïn Doula, le berceau du vivre ensemble
D’ailleurs, même les autorités locales au niveau de la ville de Collo font en sorte que les règles sont respectées en matière de l’exploitation des plages et des espaces publics. A Collo, tout est indiqué quant à l’exploitation du littoral et autres espaces. Là où l’estivant se déplace, il constate de visu des plaques qui renseignent sur l’utilisation gratuite des plages et des espaces publics comme c’est le cas pour les parkings. A Collo, le phénomène des parkings sauvages n’existe pas, mieux encore, il est mentionné dans les plages et autres lieux publics que «le stationnement de voitures est gratuit à toute heure». c’est cette vérité qui casse avec certains phénomènes qui se sont transformés en «culture» voire en «loi» par certains qui jouent les trouble-fêtes dans certaines régions du pays et qui ont causé des désagréments et des situations dramatiques.
Collo aspire à devenir une destination de choix des citoyens algériens en quête d’un lieu de villégiature et de repos estival. Pour faire, la région est en train de connaître des changements remarquables dans le domaine de l’infrastructure qui a trait au tourisme et à sa promotion ainsi que les métiers de services. Plusieurs hôtels sont érigés dans la région dans la perspective de convoiter plus d’estivants et faire connaître le label algérien dans le domaine du tourisme et vendre l’image du pays et ce qu’il recèle comme joyaux et beauté en matière de plages et de massifs.
Collo attend que les pouvoirs publics s’intéressent davantage à ses potentialités touristiques pour qu’elle puisse jouer son rôle d’avant-garde en matière d’interface touristique par excellence et pourquoi pas parmi des expériences pilotes qui seraient à même de booster ce maillon faible de la chaîne de l’économie nationale, à savoir le tourisme balnéaire et même de montagne.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
25 queries in 0,217 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5