Un mari diabolique, Il arrache les yeux de sa « dulcinée » avec sang-froid

Un mari diabolique,  Il arrache les yeux de sa « dulcinée » avec sang-froid

prison-.jpgLes faits de cette histoire ont eu lieu mercredi dernier, tard dans la soirée. C’est l’histoire de Nadia, une jeune épouse et maman âgée de 24 ans. Très effacée, qui aurait dit que cette femme perdrait l’usage de l’un de ses précieux sens, sa vue.

Ce jour-là, elle venait de passer un agréable après-midi en compagnie de son époux chez ses parents où ils se sont tous réunis autour d’un repas familial. En fin de journée, heureux, le couple est rentré chez lui. En cours de route, plusieurs sujets ont été abordés entre eux et ils semblaient être d’accord sur plusieurs points de vue. Très attentionné, le mari s’est arrêté devant un marchand de glaces pour offrir à sa moitié une gourmandise et des rafraîchissements. Après quoi, une idée lui est venue en tête. Il a décidé de rendre, lui aussi, visite à sa famille.

Une décision fort appréciée par la jeune femme qui a émis le vœu de rentrer d’abord chez elle, pour se refaire une beauté, avant d’aller chez sa belle-famille. En route, l’époux a reçu un coup de fil. Sa mère lui a annoncé une nouvelle : « Ton frère a été libéré. » Cela ne l’a pas enchanté. Il a vite changé, son visage a pris une autre couleur sous l’effet de la colère et n’a plus dit un mot. Inquiète, Nadia a tenté d’en connaître davantage.

Que se passe-t-il ? Raconte-moi ? L’a-t-elle interrogé. Aucune réponse. Il a juste fait demi-tour et est rentré chez lui. Une fois à la maison, Nadia n’a pas voulu l’agacer. Puis, elle s’est occupée de son bébé et l’a mis au lit. Elle est retournée vers ses tâches ménagères et a préparé un bon dîner pour remonter le moral à son mari qui s’est allongé face à la télévision. Craintive, elle lui demande si elle peut dresser la table pour lui servir à manger. Sur un ton coléreux, il lui répond : « Je ne veux pas manger. » Et de poursuivre : « Je suis un enfant, je suis immature. » Offusquée, Nadia demande des explications. Que veux-tu dire par là ? Il la menace : « Désormais, je ne suis plus ton mari, je ne suis plus responsable de toi et tu vas voir ce que je vais te faire. » A ce moment-là, on frappa à la porte. C’était son frère à lui qui était venu le voir.

Au lieu d’aller ouvrir la porte, il s’est précipité vers Nadia et l’a rouée de coups sans aucune raison. Il était si violent qu’il a cassé les meubles et à l’aide d’un morceau de verre brisé il a commencé à la torturer. Il lui faisait de plus en plus mal à chaque fois qu’elle essayait de se libérer. Entre-temps, le frère frappait plus fort sur la porte en fer, mais personne ne semblait y prêter attention. La crise de folie a eu raison du mari qui, incontrôlable, a étendu le corps frêle de son épouse, et lui a arraché ses yeux. Il l’a laissé baignant dans une mare de sang.

A ce moment-là, le beau-frère de Nadia a fait son apparition, mais c’était trop tard. La victime séjourne actuellement au CHU Nafissa-Hammoud (ex-Parnet) où elle est prise en charge par une équipe de spécialistes. Elle n’a pas été admise dans l’établissement hospitalier de sa wilaya, M’Sila, encore moins dans celui de Sétif. L’auteur de ce crime, son mari, est actuellement en fuite.

Rym Harhoura