Tunisie : l’artiste algérienne Lydia Ourahmane expose “le Tassili” à la station d’art B7L9

Tunisie : l’artiste algérienne Lydia Ourahmane expose “le Tassili” à la station d’art B7L9

Le B7L9 est la première station d’art à Tunis implantée en banlieue rurale. Ce lieu propose chaque année un programme riche en événements artistiques et culturels. Et représente un lieu d’échanges et une opportunité pour observer de nouvelles idées et découvrir de nouveaux concepts.

Pour deux mois consécutifs, la Station d’art B7L9 accueille, pour la période allant jusqu’au 20 mai 2023, l’œuvre de l’artiste algérienne et talentueuse Lydia Ourahmane.

La Station d'art B7L9

La Station d’art B7L9, Tunis

| À LIRE AUSSI : Prix Roman des Étudiants – France : l’Algérienne Kaouther Adimi primée

Le Tassili de Lydia Ourahmane exposé à la station d’art B7L9

Le Tassili est un film réalisé par les soins de l’artiste algérienne Lydia Ourahmane au Tassili N’ajjer. Ce site classé au patrimoine mondial de l’UNESCO fait l’objet de sublimes images prises lors d’un voyage en Algérie. Le film Tassili représente une quête originelle et une expérience hallucinatoire qui propulse les spectateurs dans un voyage à la fois visuel et sonore hors du temps.

Pour réaliser cette œuvre, Lydia Ourahmane a procédé dans un premier temps à un repérage des lieux lors d’un premier voyage en Algérie. Lors ‘un séjour de 13 jours, elle part à la découverte du Tassili n’Ajjer en compagnie d’un groupe de collaborateurs, d’amis et de guides locaux. Se voyage lui a permis d’explorer l’immensité de ce plateau aride.

Les images nocturnes et diurnes réalisées en une technologie qualifiée d’ultra haute définition, notamment en 4K, offre une déambulation hypnotique et vertigineuse qui invite le spectateur à se plonger et à se laisser guider dans cette expérience unique.

Tassili de Lydia Ourahmane

Le Tassili de Lydia Ourahmane exposé à la Station d’art B7L9

Qui est Lydia Ourahmane, l’artiste algérienne qui part à la rencontre du succès ?

Née à Saida en 1992, Lydia est le deuxième enfant d’un père algérien et d’une mère malaisienne. La jeune artiste a grandi à Arzew, avant de quitter le pays, pour s’installer à Londres, en raison des questions d’insécurité qui menaçaient sa famille, notamment en 2021.

À l’âge de 16 ans, Lydia Ourahmane décide de poursuivre des études en art à Londres. Un domaine sans frontières qui inspire la liberté à la jeune femme. Elle enchaine donc les années au Camberwell College of Arts et à Goldsmith’s University de Londres avant de décrocher son diplôme en 2014.

Pour son projet d’études, Lydia a choisi de présenter un phénomène qui la touche particulièrement, notamment la migration clandestine. Et ce, en exposant 20 barils vides de l’Algérie pour constituer son œuvre intitulée « The Third Choir ».

Son œuvre le « Tassili » connait un succès sans frontières. En effet, avant de se poser à Tunis, ce film a été diffusé à Paris, New York, Toronto et Alger. En plus de ce projet artistique, Lydia compte en son actif de nombreuses réalisations illustrant de divers thématiques.


| À LIRE AUSSI :

>> Lynn SK, la photographe franco-algérienne qui met en valeur ce qui ne se voit pas

>> France : le Prix Montluc décerné à la romancière algérienne Kaouther Adimi