Triste, l’Espagne ne comprend pas

jeudi 19 juin 2014 à 11:12
Source de l'article : Lefigaro.fr

Triste-l-Espagne-ne-comprend-pas_article_hover_preview.jpgL’élimination prématurée de la Roja, championne du monde en titre, suscite la tristesse mais aussi l’incompréhension en Espagne.

Triste ? Agustín, 27 ans, se dit «avant tout, très fier.» Les yeux brillants, il souligne «le meilleur palmarès du monde. Euro, Coupe du Monde, Euro, personne ne l’avait fait !» Rencontré à la sortie du bar où il a assisté au match, il pense déjà à l’étape suivante : «On a perdu, oui, mais on sait que l’on a une équipe, alors au prochain Euro, on gagnera à nouveau

Tristesse et dignité. Depuis six ans qu’ils gagnent titre sur titre, les supporters espagnols n’avaient plus besoin de démontrer leur capacité à célébrer les sacres. On pouvait craindre en revanche qu’ils aient désappris à perdre. Qu’ils aient oublié cette époque, pourtant récente, où ils pratiquaient l’autodérision sur la supposé incapacité de la Roja à passer les huitièmes de finale. Tous, bien sûr, n’ont pas eu la patience exemplaire d’Agustín. À la deuxième mi-temps, les bars commençaient à perdre leurs clients. Certains ne tenaient pas à voir leur sélection boire la coupe jusqu’à la lie. «Je me sens très mal quand je pense à comment on a joué, au match qu’on a fait. Mais on leur pardonne tout, parce qu’ils nous ont tout donné», confie Diego, 33 ans. «Je ne sais pas ce qui s’est passé. Les joueurs étaient très bons, beaucoup ont joué la finale de la Ligue des champions, ils se sont battus pour le championnat, ils ont participé à tout un tas de compétition et finalement… je ne comprends pas

fansespagne decus2

L’incompréhension est l’autre sentiment le plus partagé en Espagne depuis mercredi soir. Même à la télévision, on ne s’expliquait pas la piètre performance de la championne en titre. Sur Telecinco, qui diffusait le match en clair, les commentateurs ne trouvaient aucune cause aux deux impensables défaites. Ils tournaient en rond autour de leur stupeur. «L’Espagne en 2014 c’est la France en 2002, lance Javier, 29 ans. Après avoir tout gagné, ils pensaient gagner encore, mais l’équipe est terminée.» Et de filer la métaphore : «Torres, c’est un peu votre Trézeguet. Xavi, c’est comme Zidane. Piqué, il est un peu comme Thuram, et Casillas, c’est comme Barthez. L’Espagne est terminée. Le chemin va être très long avant de gagner quelque chose. Parce que la sélection n’a pas su se renouveler

L’autre piste communément évoquée est plus immédiate : entre le Real Madrid, le FC Barcelone et l’Atlético de Madrid, les cadres de la Roja accumulent la fatigue d’une saison longue. Le titre s’est décidé à la dernière journée en championnat, les deux équipes madrilènes ont disputé la finale de la ligue des champions et la Coupe du Roi s’est terminé par un autre Clásico Madrid-Barça. La crise au club catalan, d’ailleurs, annonçait peut-être la fin du cycle espagnol, avancent certains analystes. «Le Barça est un cadavre, et donc l’Espagne est un cadavre», résume Agustín, supporter reconnu du Real Madrid, qui cite nommément Xavi et Piqué. Une explication que l’on n’entend moins à Barcelone, bien sûr. Le quotidien sportif catalan Sport a réussi une performance, ce jeudi matin : il n’a trouvé aucune place pour mentionner à la Une le sort de la Roja en Coupe du Monde.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
10 queries in 0,092 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5