Transfert illicite de 20 millions de dollars vers l’Algérie: 2 suspects arrêtés au Canada

Transfert illicite de 20 millions de dollars vers l’Algérie: 2 suspects arrêtés au Canada

Plusieurs tentatives de transferts illicites de capitaux ont été déjouées depuis le début de l’année. La dernière opération a été opérée par deux ressortissants au Canada qui ont été arrêtés pour un transfert illégal de plus de 20 millions de dollars vers l’Algérie.

C’est ce qui ressort d’un communiqué de la gendarmerie royale du Canada qui a informé, jeudi 23 novembre dernier, de l’arrestation de deux individus dans la même affaire.

Deux individus arrêtés pour avoir exploité un bureau de change illégal

Une enquête de deux ans a permis de faire tomber ces deux suspects. En effet, en décembre 2021, les forces de l’ordre canadiennes ont obtenu des informations d’un centre d’analyses des opérations et des déclarations financières, concernant une transaction douteuse de deux individus, dont le montant total dépasse les 20 millions de dollars.

Par ailleurs, l’enquête a été menée, pendant 13 mois, par l’Unité mixte des produits de la criminalité (UMPC) et a permis d’identifier deux suspects. Il en est question, notamment, de Said .A âgé de 55 ans, résidant à Laval et son complice Nasrredine .A , âgé de 58 ans, établi à Montréal.

Selon le communiqué de la gendarmerie royale du Canada, les deux hommes sont accusés d’avoir exploité un bureau de change illégal et d’avoir utilisé un stratagème leur permettant de collecter et de déplacer des fonds de manière clandestine depuis le Canada vers l’Algérie, en transitant via la Chine.

En vertu de la loi sur le recyclage des produits de la criminalité et le financement des activités terroristes, les deux quinquagénaires sont aussi accusés d’avoir fait appel aux services d’une entreprise de services monétaires non enregistrée. La nationalité et les origines de ces deux suspects n’ont pas été mentionnés dans le communiqué de la gendarmerie. En revanche, les deux hommes comparaitront au palais de justice de Montréal, le 1 décembre 2023, et risquent jusqu’à cinq ans de prison et une amende allant jusqu’à 500 000 dollars canadiens.


| À LIRE AUSSI :

>> Douane algérienne : saisie de plus de 768 000 euros depuis début 2023

>> Trafic de voitures de luxe entre la France et l’Algérie : un réseau tombe à Paris