Tourisme,Les objectifs du Salon d’Alger

Tourisme,Les objectifs du Salon d’Alger

safc56.jpgLa 12e édition du Salon international

du tourisme et des voyages (Sitev) se tiendra du 18 au 21 mai prochains.

La promotion touristique des régions trouvera pleinement son sens. Le ministre du secteur a précisé ce matin ce qui est attendu de ce rendez-vous.

L’événement qui, est prévu pour le 18 mai prochain, portera sur la promotion touristique de nos différentes régions et la promotion touristique de l’image de l’Algérie au niveau national et étranger. C’est ce qu’a indiqué ce dimanche matin le ministre du Tourisme et de l’Artisanat sur les ondes de la chaîne III. L’objectif tracé par le département de Smaïl Mimoun est «la valorisation des potentialités touristiques algériennes, ainsi que le développement du tourisme interne et binationaux qui a déjà fait l’objet d’une promotion lors du Sitev-2010 », affirme t-il.

Le Sitev est aussi une occasion de sensibiliser «l’environnement à l’activité touristique et une opportunité de rencontre pour les opérateurs économiques algériens avec leurs homologues étrangers», a-t-il ajouté.

Seront présents à cette nouvelle édition 150 participants nationaux et 18 tour-opérateurs provenant du marché prioritaire et prometteurs pour la destination Algérie. Le marché prioritaire représentant la France, l’Italie et l’Espagne, constitue la principale source touristique pour le pays. «Je suis très satisfait du marché prioritaire, contrairement au marché promoteur que sont la Hollande, le Portugal et la Pologne ou nous devons encore fournir plus d’efforts pour la vente de l’image de l’Algérie au sein de ces pays.»

Evoquant la saison estivale prochaine, le ministre a indiqué que des commissions régionales ont été installées pour dresser le bilan de la saison écoulée et identifier les défaillances.

«Des rencontres régionales ont été organisées pour les wilayas côtières et ont été sanctionnées par un certain nombre de recommandations qui ont vu l’installation d’une commission nationale intersectorielle», a-t-il précisé avant de revenir sur la question de la concession des plages. Celle-ci est «basée essentiellement sur le professionnalisme. Nous avons insisté sur ce point», a-t-il répondu.

Le développement du secteur du tourisme passe obligatoirement par le développement de l’investissement c’est pourquoi des mesures incitatives au profit des investisseurs ont été adoptées par le ministère du secteur. Ces mesures ont, selon le ministre, encourager des investisseurs étrangers à venir réaliser des projets touristiques en Algérie dont le montant est évalué à 54 milliards de dinars. L’opération de reclassement des hôtels «n’a pas de limite ni dans le temps ni dans l’espace», a-t-il, par ailleurs, relevé. Pour lui, tous les hôtels publics ou privés sont concernés par ce contrôle.

Ismaïl Mimoun a, dans ce contexte, annoncé l’adhésion cette année de 200 structures relevant du secteur du tourisme au plan qualité tourisme, un des cinq axes fixés par le schéma de développement d’aménagement touristique. Environ 2 000 autres structures, entre agence de voyages et hôtels, doivent rejoindre ce plan incessamment, souligne t-il.

Il n’est enfin un secret pour personne, le tourisme saharien est accessible plus aux étrangers qu’aux Algériens. Le flux des touristes étrangers que connaît le Sud algérien est en croissance constante, soit 10% par an, apprend-on auprès de Smaïl Mimoun. Le ministre a, d’ailleurs, jugé ce bilan positif tout en précisant que beaucoup reste à faire pour attirer notamment les Algériens vers cette région du pays. «Ce tourisme devrait être accessible à tous puisque, dit-il, ce ne sont pas de grands hôtels. Ce sont des constructions légères, un aspect que nous comptons développer au profit des Algériens.»

A.B