Tlemcen: Un producteur de matériels de pêche tire la sonnette d’alarme

lundi 11 février 2019 à 10:14
Source de l'article : Lequotidien-oran.com

Khaled Boumediene

Tlemcen: Un producteur de matériels de pêche tire la sonnette d’alarme

«Il faut élaborer de nouveaux instruments de protection de la production nationale, car les facilités accordées aux opérateurs économiques et importateurs depuis l’année 2005 ne protègent pas suffisamment la production locale, et nous empêchent de vendre nos produits et de faire face à une concurrence déloyale. Ces importateurs qui ne payent pas malheureusement les droits des douanes freinent l’activité des unités de production et la création d’emploi ».

C’est en ces termes que Berrehil Amar, propriétaire de la société FAMA de fabrication de matériels de pêche, s’est adressé à la presse lors d’une journée d’étude régionale organisée sur « Les récifs marins naturels et artificiels » au siège du parc national de Lalla Setti par la direction de la pêche et des ressources halieutiques de la wilaya et l’université de Tlemcen.

De formation ingénieur-agrochimiste, Berrehil Amar était dans les années 1980 un éminent cadre de Sonatrach, puis il assumait les fonctions de directeur général de l’OAIC. Croyant en ses compétences, il a mis toutes ses économies sur ce projet, unique en Algérie, qui s’est lancé dès le début des années 1990 dans la production des filets de pêche, des fils et des cordes tressées et câblées en coton et en nylon au niveau de la zone industrielle de Tlemcen où il avait acquis une assiette de terrain pour édifier son usine qui employait près de 60 personnes. « Si j’ai investi dans ce secteur, c’est surtout grâce aux orientations de l’ex-ministre de la Pêche Benfreha Ahmed, que je salue beaucoup et qui m’a conseillé à l’époque de fabriquer les matériels de pêche pour les armateurs et pêcheurs du pays pour ne pas recourir à l’importation en devises de l’étranger de ces accessoires.

C’était la Sonacome qui nous a dotés de machines de fabrication du fil. J’ai réussi d’atteindre un taux d’intégration supérieur à 75 %. Et tout marchait bien sans aucune contrainte, jusqu’à l’année 2005 où l’Etat avait décidé de supprimer les droits des douanes aux importateurs, et il avait raison, pour encourager les exportations des produits nationaux et non pour soutenir les importations de l’étranger. Seulement les facilitations accordées aux opérateurs qui se sont lancés dans l’importation nous ont compliqués la situation. Ceci, d’une part. D’autre part, la concurrence déloyale et l’ensemble des procédés concurrentiels dont la nature est contraire à la loi et aux usages auxquels nous faisons face, ont causé d’énormes préjudices à notre entreprise et entrainé une baisse importante de son chiffre d’affaires. Pourtant il est plus facile d’empêcher les devises de sortir que de les faire venir.
Il faut mettre en place des mesures de sauvegarde du marché national pour réduire le volume des importations, préserver les réserves de change et permettre à l’entreprise algérienne de se réapproprier le marché local avec le concours des organisations des opérateurs économiques. Le recours à ce genre de protection est courant dans le monde et même dans les économies libérales, l’intérêt national prime, quitte à piétiner quelques principes de liberté de commercer », a souligné M. Berrehil. Et de conclure : « toutes ces questions je les ai communiquées au ministre du Commerce qui s’est entretenu avec moi lors de sa visite récemment à Tlemcen. J’espère qu’il y aura du nouveau inchallah».

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
60 queries in 0,270 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5