Titres de séjour en France : vers le durcissement des conditions

Titres de séjour en France : vers le durcissement des conditions

Le sujet de l’immigration ne cesse de revenir sur la scène. En effet, Après l’Allemagne qui a décidé de régulariser un bon nombre de ses migrants en situation irrégulière, la France a décidé de faire autrement. Et ce, par durcir encore plus ces conditions de l’octroi de sa carte de séjour.

Dans ce sillage, le ministre de l’intérieur français, Gérald Darmanin, a fait savoir, hier le 12 juillet, que le gouvernement compte conditionner l’octroi des cartes de séjour pluriannuelle aux étrangers, rapporte L’express. Et ce conformément à une nouvelle exigence.

La France compte conditionner les titres de séjour à la maitrise de la langue française

Pour rappel, à l’heure actuelle, au terme d’un premier titre de séjour d’une année, chaque étranger dispose de la possibilité de l’obtention d’un autre pluriannuel ( de quatre ans). Et ce, après avoir fait preuve d’assiduité et d’intégration dans la société française. Mais aussi de participation à des formations linguistiques et civiques.

En revanche, dorénavant, les choses vont changer. Un étranger ayant passé plusieurs années dans ce pays, doit prouver sa maîtrise linguistique. Notamment, avoir un niveau minimal en langue française. Et ce pour pouvoir obtenir un titre de séjour pluriannuel. Une mesure qui intervient dans le cadre de l’intégration des immigrés.

Expulser les étrangers auteurs “d’actes graves”

Interviewé par Le Monde, Gérald Darmanin a partagé, samedi 9 juillet dernier, la volonté du gouvernement français de faciliter l’expulsion des étrangers ayant commis “d’acte grave”. Et ce, par la levée de quelques conditions. Notamment, celle concernant l’âge d’arrivée sur la territoire français. Cette décision, une fois approuvée, permettra l’expulsion de tous les étrangers ayant commis d’acte grave selon la justice, sans prendre en considération leurs motifs d’arrivée en France.

Par ailleurs, ce même responsable a rappelé également que les autorités françaises sont prêtes à négocier avec toutes les parties concernées pour l’adoption d’une telle loi.

De son côté, Marine Le Pen, a affirmé, le dimanche dernier sur BFMTV, sa position vis à vis l’immigration et de cette nouvelle loi. En effet, celle-ci déclare ouvertement son soutien à la proposition de Darmanin. Et annonce être prête à signer avec deux mains  pour adopter une telle loi, et pourquoi pas l’améliorer encore plus.