Terrorisme : le chef d’AQMI, Abou Obeida al-Annabi, appelle au combat en Algérie

Terrorisme : le chef d’AQMI, Abou Obeida al-Annabi, appelle au combat en Algérie

Dans une interview exclusive accordée à la chaîne d’informations en continu, France 24, publiée hier (lundi 6 mars 2023,) l’émir d’Al-Qaïda au Maghreb islamique (AQMI), l’Algérien Abou Obeida Youssef al-Annabi, a appelé « au combat en Algérie » en faisant savoir que la trêve était finie.

 À LIRE AUSSI : Alger – La police fait tomber un groupe affilié à Daech

Abou Obeida Youssef al-Annabi, l’actuel chef d’AQMI, porte la nationalité algérienne. Il est originaire de la région d’Annaba et son vrai nom est Yazid Mebarek. Vétéran du terrorisme, il compte parmi les membres fondateurs du GSPC (Groupe salafiste pour la prédication et le combat). En 2020, il succède à Abdelmalek Droukdel, le chef historique du groupe terroriste.

L’émir d’AQMI menace l’Algérie : “la trêve est finie”

Au cours de son échange avec Wassim Nasr, le spécialiste des mouvements terroristes à France 24, Abou Obeida al-Annabi s’est particulièrement attardé sur l’Algérie ; pays que le chef terroriste mentionne parmi les cibles d’Al-Qaïda au Maghreb islamique. Alors qu’en 2019, l’organisation terroriste avait prétendu soutenir la révolte populaire des Algériens “hirak”, cette fois, Abou Obeida Youssef al-Annabi affirme que “la trêve est finie” et appelle au “combat en Algérie”, rapporte le journaliste de France 24.

Abou Obeida Youssef al-Annabi : chef d'Aqmi

L’actuel émir d’AQMI, Abou Obeida Youssef al-Annabi, est de nationalité algérienne.

Cependant, Wassim Nasr estime que le chef d’AQMI est ici ” dans le déni de la situation très grave d’AQMI en Algérie, qui est sous pression”. Le spécialise des mouvements terroristes rappelle que les autorités algériennes ont éliminé et arrêté de nombreux cadres de l’organisation terroriste au cours des derniers mois. “Ce qui explique, analyse le journaliste, le choix d’AQMI de descendre plus au Sud, vers le Mali”.

 À LIRE AUSSI : augmentation sans précédent du budget de l’armée algérienne

Par ailleurs, en ce qui concerne la région du Sahel, Abou Obeida Youssef al-Annabi a revendiqué la conquête de territoires vers le Sud et le Golfe de Guinée. “Selon lui, il n’y a pas de limites à l’expansion. La stratégie consiste à s’insérer dans les conflits locaux et gagner les cœurs et les esprits”, précise Wassim Nasr. Le chef d’AQMI a également affirmé que les objectifs de son organisation étaient « purement locaux ».

 AQMI confirme la détention du journaliste français Olivier Dubois

En outre, lors de la même interview, Abou Obeida Youssef al-Annabi a confirmé officiellement que c’est bien AQMI qui détient le journaliste français d’origine martiniquaise, Olivier Dubois, enlevé dans le nord du Mali en avril 2021.

Le journaliste français, Olivier Dubois.

Olivier Dubois, journaliste français d’origine martiniquaise, a été enlevé le 8 avril 2021, au Mali, par le groupe terroriste Jama’at Nasr al-Islam wal Muslimin (JNIM).

“C’est la première confirmation officielle venant de la tête d’Aqmi”, note Wassim Nasr. L’émir assure toutefois “ne pas avoir cherché à piéger le journaliste”, car celui-ci voulait, de sa propre volonté, s’entretenir avec un lieutenant du JNIM (Groupe de soutien à l’islam et aux musulmans). Du reste, affirmant que la porte à des négociations était ouverte, le chef algérien d’AQMi a souligné que “la balle est dans le camp des autorités françaises”.

 À LIRE AUSSI : Puissance militaire – l’Algérie géant d’Afrique

Enfin, Olivier Dubois est un journaliste français d’origine martiniquaise spécialiste du Sahel. Il est correspondant au Mali pour les journaux Le Point et Libération. Le 8 avril 2021, il est enlevé, à Gao, par le groupe terroriste Jama’at Nasr al-Islam wal Muslimin (JNIM). Le 4 mai, dans une vidéo diffusée sur les réseaux sociaux, Olivier Dubois confirme son enlèvement.