« Tentatives de division du Hirak  » : L’analyse de Karim Tabbou

« Tentatives de division du Hirak  » : L’analyse de Karim Tabbou

Malgré le mauvais temps et le jeûne, la 113e manifestation hebdomadaire du Hirak a bien eu lieu, hier vendredi 16 avril 2021, dans plusieurs wilayas du pays.

Le militant et ancien détenu d’opinion Karim Tabbou a pris part, comme à son habitude, à la marche du 113e vendredi du Hirak, hier à Alger. Dans une déclaration à Algérie 360, il a évoqué « des tentatives de division du Hirak en deux catégories de manifestants ».

Il a, en effet, parlé « de tentatives du système de diviser le Hirak en deux catégories ; celles de l’élite et celle du reste du peuple ». Pour la première « catégorie », Tabbou souligne que le système « lui a créé d’interminables débats idéologiques ».

Concernant « la deuxième catégorie qui est le peuple », l’intervenant a expliqué que le système a tendance à lui créer des crises ; crise de l’huile, du lait et d’autres questions sociales ». Selon lui, « ces tentatives de division interviennent dans le but de distraire les gens et de faire dévier le peuple algérien du principal parcours de la révolution ».

« Un seul mot d’ordre : la liberté »

Mais malgré tout cela, toutes les restrictions et répressions, « le peuple algérien continu de sortir par millions dans toutes les villes algériennes pour un seul mot d’ordre : la liberté », a-t-il ajouté, précisant que « cette même liberté à ses sens, ses perspectives  et ses dimensions ».

À ce propos, le militant cite « l’édification d’un État de droit, la consécration des libertés individuelles, une justice indépendante qui garantit les droits et les libertés citoyennes ». Pour lui, il s’agit ici de « l’image globale et résumée du Hirak ».

Toujours dans la même lancée, Karim Tabbou martèle « qu’au moment où le système croit gagner du temps, il fait perdre son temps à l’Algérie et c’est ce qui a laissé toutes les catégories des Algériens, sans exception aucune, sortir et garder sa détermination ».

De surcroit, Karim Tabbou n’a pas manqué de soulever la question de « certaines wilayas du pays qui connaissent un véritable blocus durant la journée du vendredi », soit le rendez-vous hebdomadaire du Hirak populaire.