Tebboune opère un vaste mouvement dans le corps diplomatique

Tebboune opère un vaste mouvement dans le corps diplomatique

Le ministère des Affaires étrangères est en perpétuelle action ces derniers mois, notamment avec les changements et repositionnements de l’Algérie sur la scène internationale dans un contexte géostratégique délicat dont les événements ne cessent de s’accélérer.

Dans ce sillage, le président Tebboune a opéré un vaste mouvement dans le corps diplomatique algérien. En effet, plusieurs ambassadeurs extraordinaires et plénipotentiaires, ainsi que de consuls et de consuls généraux de l’Algérie dans plusieurs pays à travers le monde ont été touchés par cette décision.

« Par décret présidentiel du 27 Rabie El Aouel 1443 correspondant au 3 novembre 2021, il est mis fin, à compter du 31 octobre 2021, aux fonctions d’ambassadeurs extraordinaires et plénipotentiaires de la République algérienne démocratique et populaire », indique le dernier numéro du journal officiel.

50 diplomates concernés

Il s’agit, toujours selon la même source, de mettre fin aux fonctions exercées par 50 diplomates algériens à l’étranger. les ambassadeurs concernés, et appelés à exercer d’autres fonctions sont, Boualem Chebihi, à Bamako (République du Mali) ; Mokaddem Bafdal, à Antananarivo (République de Madagascar) ; Merzak Bedjaoui, à Yaoundé (République du Cameroun) ;Larbi El Hadj Ali, à Ottawa (Canada) ;Mohamed Irki, à Mascate (Sultanat d’Oman) ;Mourad Adjabi, à Ankara (République de Turquie) ; Hamid Boukrif, à Prague (République Tchèque) ; Mohamed Benattou, à Brazzaville (République du Congo) ; Mohamed Cherif Kourta, à Moscou (Fédération de Russie) ; Abdelkader Hadjazi, à Tripoli (Etat de Lybie) ; Toufik Milat, à Madrid (Royaume d’Espagne) ; Lounes Magramane, à Lahaye (Royaume des Pays).

Toujours selon le dernier numéro, la décision du président Tebboune touche également Abderrahmane Benguerrah, à Londres (Royaume-Uni de Grande-Bretagne et de l’Irlande du Nord) ; Soufiane Mimouni, ambassadeur et représentant permanent auprès de l’organisation des Nations Unies à New York ; Salima Abdelhak, à Bakou (République d’Azerbaïdjan) ; — Abdelkrim Touahria, à Abou Dhabi (Etat des Emirats Arabes Unis) ; Ahmed Boutache, à Rome (République d’Italie) ; Mohammed Besseddik, ambassadeur et représentant permanent adjoint auprès de l’organisation des Nations Unies à New York ; Hassane Rabehi, ambassadeur, mis à la disposition de la Ligue des Etats Arabes, au poste de secrétaire général adjoint.

Concernés également par les remaniements, les ambassadeurs Mohamed El Amine Bencherif, à Tokyo (Japon) ; Abdelkader Aziria, à Djakarta (République d’Indonésie) ; Mohammed El-Amine Derragui, à Séoul (République de Corée du Sud) ; Mohamed Berrah, à Hanoi (République socialiste du Viêt Nam) ; Nasreddine Rimouche, à Kuala Lumpur (Malaisie) ; Hamza Yahia-Cherif, à New Delhi (République de l’Inde) ; Lakehal Benkelai, à Islamabad (République islamique du Pakistan) ; Abdelmoun’Am Ahriz, à Téhéran (République islamique d’Iran) ; Madjid Bouguerra, à Washington (Etats Unis d’Amérique) ; Toufik Dahmani, à Brasilia (République fédérale du Brésil) ; Ghaouti Ben Moussat, à Caracas (République du Venezuela).

Le mouvement opéré par la présidence concerne également Rachid Benlounes, à Pretoria (République d’Afrique

du Sud) ; Boualam Hacene, à Dakar (République du Sénégal) ; Youcef Delileche, à Accra (République du Ghana) ; Sid-Ali Abdelbari, à Windhoeck (République de Namibie) ; Farid Boulahbel, à Kampala (République del’Ouganda) ; Zineddine Birouk, à N’Djamena (République du Tchad) ; Mohamed Ainseur, à Ouagadougou (République du Burkina Faso) ; Nacerdine Sai, à Harare (République de Zimbabwe) ; Nour Eddine Khendoudi, à Nouakchott (République Islamique de Mauritanie) ; Mohamed Bourouba, à Amman (Royaume Hachemite de Jordanie) ; Sayeh Kadri, à Manama (Royaume du Bahrein) ; Abdelkader Benchaâ, à Baghdad (République d’Irak) ; Latifa Yahiaoui, à Sofia (République de Bulgarie) ; Ahcene Kerma, à Stockholm (Royaume de Suède) ; Abdelhamid Chebchoub, à Belgrade (Serbie et Monténégro) ; Hocine Boussouara, à Kiev (Ukraine) ; Nawel Settouti, à Helsinki (République de Finlande) ; Ahcène Boukhelfa, à Pékin (République populaire de Chine), ces derniers n’ont pas été appelés à exercer de nouvelles fonctions.

Consuls et consuls généraux

Les consuls généraux touchés par ce vaste mouvement sont Saïd Moussi, à Paris (République française) et Ali Redjel, à Milan (République d’Italie) appelés à exercés d’autres fonctions. En ce qui concerne les consuls remaniés, il s’agit, toujours selon la même source de, Abdelhamid Ahmed-Khodja, à Toulouse (République française) ; Belkacem Mahmoudi, à Créteil (République française), Hayat Maoudj, à Pontoise (République française) ; Nadjeh Baaziz, à Bobigny (République française).

Le président Tebboune a mis fin aux fonctions des consuls Hadda Touati, à Nice (République française) ; Mohamed Saoudi, à Montpellier (République française) sans les nommer pour exercer d’autres fonctions.