Taxis après le f’tour, Les jaunes imposent leur loi

Taxis après le f’tour, Les jaunes imposent leur loi

taxi_967353698.jpgAprès la rupture du f’tour, les jeûneurs désirant passer un moment chez leurs proches ou ailleurs, en bordure de mer, à la recherche de fraîcheur en ces temps de canicule, sont souvent confrontés, à Annaba, aux prix exagérés imposés par de nombreux taxis service. En dépit du nombre important de licences d’exploitation de taxis octroyées au niveau de la wilaya d’Annaba, le problème de transport individuel persiste.

Ce problème prend des proportions inquiétantes durant certaines périodes de l’année dont notamment la période estivale ou le mois de Ramadhan, durant lesquels l’affluence des vacanciers  »attise » davantage l’appétit des chauffeurs de taxis lesquels imposent leur  »réglementation  » à leur guise et sans se soucier du pauvre client, contraint parfois à attendre plusieurs minutes, voire des demi-heures entières avant de voir un conducteur accepter soit l’itinéraire souhaité soit le tarif fixé.

Avec la fin du mois de Ramadhan et l’approche de l’Aid El-Fitr, nombreuses sont les familles qui choisissent la nuit pour faire leurs achats, qui une fois achevés, rencontrent de grandes difficultés à héler un taxi. Ce problème est notamment posé pour les habitants de certains quartiers populaires dont notamment celui dit  »Les Hongrois », destination vers laquelle le client n’arrive pas à trouver un conducteur qui accepte de l’y amener. Certains taximans exigent le prix en fonction de la tête du client. Et gare à celui qui veut comprendre le pourquoi d’un tarif injustifié.

Il y aurait, selon certaines sources, plus de 2 000 taxis en service au niveau de la wilaya de Annaba. Malgré ce nombre important de taxis en circulation devant théoriquement couvrir largement les besoins, la disponibilité permanente de ce moyen de transport ainsi que la qualité de service qu’il offre, posent encore problème.

Avec des tarifs qui avoisinent dépassant par moment les 100 dinars et parfois les 200 da, le client n’est pas toujours satisfait de la qualité du service. Arrogance, manque de civisme, tentative d’arnaque, absence d’hygiène dans les véhicules, etc.…, sont autant de griefs que les citoyens reprochent aux conducteurs de taxis. La direction de transport a affirmé, à plusieurs reprises, dans ce contexte, qu’elle restera disposée à appliquer la loi dans toute sa rigueur si les citoyens se présentent avec la description et le numéro du véhicule incriminé.

Quand on délivre des licences au premier venu, il faut s’attendre à ce genre de pratiques, déclarent certains citoyens qui exigent plus de sérieux, de professionnalisme et surtout de civisme de la part des titulaires de ces licences. Annaba dont les soirées s’étirent doucement en raison des conditions climatiques contraignantes, connaît une importante ruée des citoyens désirant acquérir ingrédients pour la préparation des gâteaux de la fête de l’aïd et vêtements flambants neufs à leurs bambins, heureux de fêter el Aïd en dépit de tout.

K. B.