Tahar Allache, DG de l’aéroport d’Alger : «L’aéroport Houari Boumediene prêt à recevoir 10 millions de passagers en 2018»

Tahar Allache, DG de l’aéroport d’Alger : «L’aéroport Houari Boumediene prêt à recevoir 10 millions de passagers en 2018»

b4db3c7c0767514b6ce052804e3c9bdd_L.jpgLe directeur général de l’aéroport international d’Alger, Tahar Allache, a révélé hier matin, sur les ondes de la Chaîne I de la Radio nationale, que les travaux d’achèvement de la nouvelle aérogare internationale d’Alger seront lancés au courant de cette année, pour être livrée en 2018, où la capacité totale de l’aéroport atteindra 10 millions de passagers par an. A propos de la friction de deux avions d’Air Algérie récemment, Tahar Allache a nié la présence d’erreurs dans la gestion de l’aéroport Houari Boumediene, considérant que la cause de l’accident est due à l’étroit sentier de la position de l’avion, «ce qui se passe dans tous les aéroports du monde».

L’invité de la radio a expliqué que les études préliminaires du projet de l’aérogare internationale sont achevées.

Ce dernier comprend la réalisation de la station de vol d’une capacité d’accueil de 21 avions, d’un hangar d’avions et d’un parking pour voitures d’une capacité d’au moins 4500 places, a précisé le DG de l’aéroport.

Par ailleurs, M. Tahar Allache, a parlé d’un projet pour relier l’aéroport international d’Alger, dans les perspectives de 2018, par une ligne du métro, ainsi qu’une ligne de chemin de fer, à partir de Bab Ezzouar, afin de lever l’isolement de ces installations vitales, selon la même source.

En vue d’atteindre une régulation optimale de l’activité d’expédition en Algérie, l’invité a parlé d’un autre projet de création d’une nouvelle zone d’expédition des bagages et des marchandises dans le cadre d’un plan de développement de l’entreprise.

D’autre part, le DG de l’aéroport international d’Alger Houari Boumediene a souligné qu’en ce qui concerne l’absence d’un grand espace commercial à l’aéroport, comme dans tous les aéroports du monde, il sera remédié à cette lacune, en se référant à l’instruction du Premier ministre afin que «la capitale ne dorme plus». Il conclura en précisant que si certains magasins sont fermés en raison du manque de passagers la nuit, les cafétérias de l’aéroport restent, elles, ouvertes toute la nuit.

A.Y.