SYRIE Erdogan s’en prend à Bolton venu discuter du retrait américain

samedi 12 janvier 2019 à 14:50
Source de l'article : Lesoirdalgerie.com

Le conseiller américain à la sécurité nationale John Bolton, venu à Ankara discuter du retrait américain prévu de Syrie, a essuyé hier la colère du Président turc Recep Tayyip Erdogan pour avoir défendu une milice kurde syrienne que la Turquie entend mettre en déroute.

Les désaccords entre les deux pays portent sur les Unités de protection du peuple (YPG), partenaires de Washington en Syrie mais considérées comme «terroristes » par Ankara qui menace depuis plusieurs semaines de lancer une nouvelle offensive pour les déloger du nord de la Syrie.

Lors d’un déplacement à Tel- Aviv dimanche, M. Bolton avait déclaré que le retrait des Etats- Unis de Syrie, annoncé le mois dernier par le Président américain Donald Trump, serait notamment conditionné à des garanties concernant la sécurité de leurs alliés kurdes.

Ces propos «sont pour nous inacceptables et impossibles à digérer», a déclaré M. Erdogan lors d’un discours, peu après la fin d’un entretien à Ankara entre M. Bolton et un haut responsable de la présidence turque, Ibrahim Kalin. «Alors que ces gens sont des terroristes, certains disent: ne touchez pas à ceux-là, ils sont kurdes. (…) Ils pourraient aussi bien être turcs, turkmènes ou arabes.

D’où qu’ils viennent, si ce sont des terroristes, alors nous ferons le nécessaire», a lancé le Président turc. «Nous allons très bientôt passer à l’action pour neutraliser les groupes terroristes en Syrie», a insisté M. Erdogan. M. Kalin a en outre catégoriquement démenti que le chef de l’Etat turc s’était engagé auprès de Donald Trump à garantir la sécurité des milices kurdes après le retrait américain de Syrie, comme l’a affirmé lundi le secrétaire d’Etat Mike Pompeo.

«En ce qui concerne les déclarations de Pompeo, il n’est absolument pas question d’une telle assurance donnée lors des entretiens (entre Erdogan et Trump) ou via d’autres canaux», a assuré M. Kalin. «Que personne n’attende de la Turquie qu’elle donne des assurances à une organisation terroriste», a-t-il lâché. Selon la presse progouvernementale turque, M. Erdogan a refusé de rencontrer M. Bolton, mais selon M. Kalin la tenue d’une telle entrevue n’avait jamais été confirmée dans le programme de la visite. Un porte-parole de M. Bolton, Garrett Marquis, a néanmoins qualifié son entretien avec M. Kalin de «productif». M. Trump a annoncé en décembre le retrait des quelque 2.000 soldats américains postés en Syrie, prenant de court les alliés de Washington, des milices kurdes sur le terrain aux autres membres de la coalition antiterroriste. Les autorités turques attendaient d’obtenir de M. Bolton, venu avec le chef d’état-major Joseph Dunford et l’envoyé spécial pour la coalition internationale James Jeffrey, des détails sur le plan de retrait des Etats-Unis. Depuis l’annonce de Donald Trump, le gouvernement américain multiplie en effet les messages destinés à gommer l’impression initiale de départ précipité. «Nous quitterons (la Syrie) à un rythme adapté tout en continuant en même temps à combattre l’EI et à faire ce qui est prudent et nécessaire pour tout le reste», a ainsi tweeté M. Trump lundi. L’annonce surprise du retrait américain et le flou qui entoure ses modalités et son calendrier ont poussé la Turquie à surseoir à l’offensive qu’elle semblait sur le point de déclencher mi-décembre dans le nord de la Syrie. Hier, M. Kalin a par ailleurs indiqué que la Turquie attendait des Etats-Unis qu’ils récupèrent les armes livrées aux YPG après le retrait des troupes américaines. «Ce que nous attendons, c’est que toutes les armes livrées soient récupérées», a-t-il déclaré après son entretien avec M. Bolton. «Ils nous ont dit qu’ils étaient en train d’y travailler, mais les détails deviendront plus clairs dans les prochains jours», a poursuivi M. Kalin, ajoutant qu’il n’y avait pour la Turquie «aucune alternative acceptable» à la récupération de ces armes. La Turquie s’est engagée à éradiquer ce qui reste de Daesh en Syrie après le retrait américain mais des experts doutent de sa capacité à mener ce combat sans la pleine coopération de la Russie, alliée du gouvernement syrien et acteur clef dans le conflit. Daesh «est actuellement à 350 km de la frontière turque. Comment est-ce que l’armée de l’air turque est censée les atteindre? Sans le feu vert de Moscou, cela est impossible», souligne l’analyste militaire Metin Gürcan.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
62 queries in 0,250 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5