Suppression de l’examen de la 5e : les syndicats livrent leurs visions

Suppression de l’examen de la 5e : les syndicats livrent leurs visions

Suite à la suppression de l’examen du certificat de fin d’études primaires (cinquième), annoncé jeudi 18 novembre 2021, par le ministère de l’Éducation, les organisations syndicales n’ont pas tardé à réagir. Entre ceux qui ont cautionné la décision et ceux qui ont proposé d’autres mesures, les avis divergent.

Selon un article publié ce samedi 20 novembre par le journal Echorouk, l’ensemble des syndicats du secteur de l’Éducation ont appelé à la nécessité d’accompagner cette nouvelle décision par d’autres mesures complémentaires. Il s’agit entre autre de reconsidérer les modalités de “l’évaluation pédagogique”.

En effet, les organisations syndicales préconisent de standardiser les examens trimestriels au niveau de communes, et ce, dans l’objectif de créer un climat de concurrence entre elles. Par ailleurs, ils proposent de prendre en considération l’ensemble des résultats des trois trimestres dans les mécanismes permettant le passage  au cycle moyen.

Tout en étant satisfait de la nouvelle décision, le président de l’Union nationale du personnel de l’éducation et de la formation (UNPEF), Sadek Dziri, estime que le ministère a brusquement annoncé la nouvelle, qui a été tant revendiqué par l’UNPEF à l’ère des ex-ministres Boubekeur Benbouzid et Nouria Benghabrit.

Une décision aux avantages économiques et pédagogiques

Selon le média précité, Sadek Dziri estime que la nouvelle décision se percutera positivement sur le secteur de l’Éducation. D’un côté, l’examen de fin d’études primaires n’a jamais été un critère crédible sur le plan pédagogique, car  le taux de réussite a toujours atteint 90 % voir 100 %, alors qu’en vrai l’élève n’est souvent pas prêt pour les études du cycle moyen.

D’un autre côté,  Sadek Dziri affirme que la suppression de cet examen permettra de récupérer les somme d’argent, inutilement dépensés chaque année dans l’organisation  de l’examen. À ce propos, les syndicats espèrent que cet argent sera mis à la disposition des écoles, et ce, en offrant du matériel et en améliorant les conditions de travail.

Le Cnapset propose des mesures complémentaires

Tout en soutenant la décision, le secrétaire national chargé de l’information et de la communication  du CNAPESTE, Masoud Boudiba, a appelé le ministère de l’Éducation à accompagner cette décision de mesures complémentaires. Pour le CNAPESTE, il sera utile de revoir le caractère de l’examen. Autrement dit,  lui ôter le caractère officiel et le considérer comme un simple test pédagogique, tout en adoptant les résultats des trois trimestres comme critères de passage au cycle moyen.

Le porte-parole du CNAPESTE a par ailleurs, appelé à la nécessité d’accorder une importance majeur aux différents comportements adoptés avec les élèves du primaire. Ces derniers ont besoin, selon Masoud Boudiba, d’un traitement pédagogique particulier et un accompagnement adéquat leurs permettant une transition école-collège sans grande difficulté.