Halliche : «La récompense du Buteur et d’El Heddaf m’encourage davantage»

mercredi 23 décembre 2009 à 11:13
Source de l'article :

article-10508-halliche2 (1).jpg«J’ambitionne de revenir à Benfica ou signer dans un grand club» «Zaoui m’a beaucoup aidé»

Tout d’abord, félicitations pour votre consécration comme révélation de la saison.
Merci. D’ailleurs à cette occasion, laissez-moi remercier les quotidiens Le Buteur et El Heddaf pour cette consécration durant cette soirée que je qualifierai de la soirée des étoiles du moment que toute la famille de l’équipe nationale était présente. Je remercie également tous ceux qui ont voté pour moi afin que je prenne place parmi des éléments qui me dépassent en matière d’expérience.

Tout est passé très vite pour vous avec cette expérience professionnelle, une sélection en équipe nationale, une qualification à la CAN et au Mondial, et enfin une consécration de révélation de la saison. Apparemment, vous ne vous attendiez pas à ça ?
Je ne peux qu’être heureux. Certes, je n’ai encore rien prouvé, mais cette consécration est le fruit d’un travail dur et ce, de mes débuts dans le championnat algérien jusqu’au moment de rejoindre les Verts. J’ai trouvé une vraie famille avec des éléments qui m’ont vraiment aidé, à l’image de Bougherra, Zarabi et Zaoui. Ils m’ont beaucoup appris et j’apprends encore à leurs côtés. C’est aussi grâce à eux que j’ai eu cette consécration.

Y en a-t-il d’autres, à part vos coéquipiers qui vous ont aidé pour en arriver là ?
En plus de l’aide indéfectible de mes copains de l’équipe nationale, les entraîneurs que j’ai connus m’ont beaucoup appris ainsi que mes parents, surtout mon père qui a toujours été à mes côtés dans le meilleur comme dans le pire. Il n’arrêtait pas de me conseiller et de m’orienter. Il est toujours mon idole et mon modèle que je suivrai toujours. Je souhaite rester sur cette lancée, car je n’ai encore rien prouvé. J’espère, comme on dit, que le meilleur est à venir.

En toute sincérité, avant de rejoindre le Nacional de Madeira, vous attendiez-vous à collectionner les succès ?
En toute sincérité, non. Je ne m’attendais pas à cette réussite. Du moment que vous m’aviez demandé d’être sincère, je vais vous révéler quelque chose.

Allez-y…
Si je remonte deux ans en arrière, mon seul souhait était seulement d’être l’un des concurrents aux prétendants au sacre de Ballon d’Or. Chose qui représentait pour moi un rêve inaccessible. A présent, je ne peux que remercier le Bon Dieu, car c’est grâce à Lui que je suis en train de récolter les fruits de mes efforts. J’ai pu décrocher un contrat professionnel, jouer en équipe nationale, le titre de quatrième meilleur joueur algérien, et je m’apprête à jouer la CAN ainsi que le Mondial. Je pense que les spécialistes, les supporters, les techniciens ainsi que les journalistes et tous ceux qui ont participé à ce vote ont pris en considération ce que j’ai fait, que ce soit avec Madeira ou sous les couleurs de l’équipe nationale. C’est pour ça qu’ils m’ont offert leurs voix. Je suis vraiment fier de cette consécration.

C’est pour ça que vous ne vouliez pas rater cette cérémonie ?
Bien sûr ! Cette consécration est la première dans ma carrière. C’est une reconnaissance logique après tous les efforts consentis, que ce soit avec mon équipe ou avec les Verts. Chose qui m’a obligé à me libérer de mes obligations pour rentrer au pays. Même si je savais que j’allais arriver en retard, j’ai tenu quand même à marquer ma présence, même si c’était pour une minute seulement. Car le fait d’assister à cette cérémonie en compagnie de mes coéquipiers de l’équipe nationale m’honore beaucoup et me fait rappeler les moments de notre qualification au Mondial, en retrouvant mes coéquipiers de l’EN, notamment mon ami Zaoui qui est pour moi la baraka.

Justement, à propos de Zaoui, ce dernier pense que vous lui aviez piqué sa place à cause de sa blessure ?
(Il rit.) Disons que c’est sa faute, pas la mienne.

Comment ça ?
Je ne parle pas de sa blessure, mais des conseils qu’il n’arrêtait pas de me filer. A chaque fois, il m’orientait et me dirigeait durant les entraînements. J’apprenais beaucoup de choses de sa part en ce qui concerne les tactiques défensives. J’ai beaucoup profité de ses conseils pour assurer ma place de titulaire. Aujourd’hui, il ne peut que s’en prendre à lui. Croyez-moi, Zaoui est un ami et restera le charme de cette équipe nationale. Je ne dis pas ça parce qu’il est à côté de moi, mais c’est la vérité. Pour celui qui ne veut pas me croire, il n’a qu’à regarder les vingt dernières minutes de l’équipe nationale face à l’Egypte au Soudan pour vérifier mes propos.

C’est sûr que votre expérience avec Madeira a beaucoup contribué dans vos performances en équipe nationale.

Vous attendiez-vous à une telle réussite ?
Il est vrai que le professionnalisme m’a beaucoup aidé et m’a appris beaucoup de choses qui m’ont facilité mon intégration en équipe nationale. J’ai beaucoup entendu parler du professionnalisme, mais je ne croyais pas que c’était de cette façon-là. Le professionnalisme est le tremplin de la réussite et de l’illustration. Je ne m’attendais pas à m’imposer aussi vite que cela. Mais ma volonté de réussir m’a permis de me distinguer avec les Verts.

Malgré votre état de grâce avec Madeira, vous souhaitez revenir au Benfica Lisbonne, n’est-ce pas ?
Bien sûr ! Benfica est un prestigieux club au Portugal. Je veux bien revenir jouer sous ses couleurs le plus rapidement possible. Je trouve que c’est le moment pour moi de jouer dans ce club. Si je ne reviens pas au Benfica, je jouerai pour un autre grand club, car je commence à voir grand. J’ai d’autres défis plus importants que je souhaite relever.

En deux années, vous avez réussi à vous imposer dans un club professionnel.

Pensez-vous qu’il existe des éléments dans le championnat national capables de rééditer votre exploit ?
Sans exagérer, je dirai que l’Algérie possède des éléments capables de mettre en exergue leur talent à l’étranger. Il suffit qu’on détecte ces talents et qu’on prenne soin d’eux. Il faut dire que les moyens sont presque inexistants ici en Algérie, à l’inverse de l’Europe où le joueur trouve tout à sa disposition pour bien s’exprimer.

On a remarqué que vous avez regardé les images de la double confrontation face à l’Egypte avec beaucoup d’émotion…
On ne peut pas cacher son émotion quand on revoit les images de ce match. Ce n’était pas des rencontres quelconques. On a raté notre premier examen, mais on a réussi là où il ne fallait pas échouer. On a gagné le vrai test en assurant une place au Mondial. Aujourd’hui, quand je revois les images, j’ai la chair de poule.

Avant de vous laisser profiter de la présence de vos camarades, on veut avoir votre avis sur la consécration de Bougherra ?
Je le félicite pour cette consécration qui est à mon avis très méritée du moment qu’il a réalisé une saison exceptionnelle sous le maillot des Glasgow Rangers, en remportant un doublé, Coupe et championnat. Il a joué un rôle très important dans la qualification des Verts pour le Mondial. Je pense que ceux qui ont voté pour lui ne se sont pas trompés. Je lui souhaite d’autres consécrations, comme celle d’aujourd’hui.

Un dernier mot ?
Je saisis cette occasion pour dédier cette consécration à tous les membres de ma famille et surtout mes parents ainsi que mes amis du quartier Badjerah. Je souhaite continuer sur cette lancée pour gagner d’autres consécrations.
Entretien réalisé par Adlane C.

Mouloud Halliche : «La consécration de Rafik me rend fier»
Le père de Rafik Halliche, Mouloud, se dit fier de son fils qui, selon lui, a fait honneur à toute la famille Halliche. «Je pense que la consécration de mon fils honore toute la famille. Je ne peux être que fier de lui. C’est une juste récompense pour lui vu les efforts consentis, que ce soit avec son club Madeira ou avec l’équipe nationale», dira le père du joueur avant d’enchaîner : «J’ai toujours rêvé de voir mon fils arriver à ce niveau-là. C’était un rêve difficile à réaliser du moment que le football algérien est passé par des moments difficiles. La qualification de l’Algérie pour le Mondial m’a mis du baume au cœur, surtout que mon fils y avait participé. Sinon, je dirai que je resterai toujours aux côtés de mon fils du moment qu’il aura toujours besoin de mes conseils. Il est encore jeune. Il aura besoin de moi.»

Aït Ourad :(directeur de la communication à Mobilis)
«La cérémonie a été grandiose à tous les niveaux, que ce soit dans l’organisation ou la présence de personnalités connues. Le plus beau, c’est que tout cela coïncide avec la joie de tous les Algériens après la qualification de l’EN pour le Mondial. La consécration de Madjid Bougherra est une récompense pour tous les joueurs de la sélection. Nous veillons dans notre société à la participation au développement du sport dans notre pays.»

Le directeur général de Hamoud Boualem :
«C’est une fête grandiose à laquelle nous avons assisté, et qui prouve la grandeur de ses organisateurs et leur réputation. Ce qu’a réalisé l’équipe nationale est une preuve que le football algérien va bien. La qualité de ses joueurs qui jouent dans les grands championnats du monde prouve que le niveau s’est amélioré. Je suis très content du but inscrit contre l’Egypte par Anthar Yahia puisqu’il possède une touche allemande. Le passeur (Ziani) et le buteur (Yahia) jouent tous les deux en Allemagne, vous ne pouvez donc imaginer la joie des Allemands grâce à ce but. La consécration de Bougherra est amplement méritée, car c’est un grand joueur.

J’étais optimiste quant à la qualification de l’Algérie pour le Mondial que j’espère qu’elle affrontera l’équipe de mon pays en Afrique du Sud. Merci pour tout ce que vous faites pour le football algérien. Nous de notre côté, nous sommes ici pour soutenir le sport en Algérie.»

Adlane C.

A lire aussi :

Mots clés :

Laissez un commentaire :

Abonnez-vous à Algérie360 par email

Actualités en direct

Algerie360 - Rejoignez nous sur Facebook
51 queries in 1,078 seconds. https://www.algerie360.com/wp-content/themes/v3-5