Sinistres automobiles, Une faille : le traitement des dossiers

Sinistres automobiles, Une faille : le traitement des dossiers

arton21719-143f9.jpgDans le but d’activer le traitement des dossiers, Kepler Technologies propose un système de gestion des sinistres automobiles sur lequel Amane Auto et le consultant algérien ont mis au point depuis un an et demi, et lancé officiellement, hier, à Alger, au profit des compagnies d’assurance et de réassurance.

« En Algérie, on n’a pas encore identifié la faille dans le traitement des dossiers de sinistres automobiles et le taux de satisfaction des clients n’est pas connu », a indiqué, hier, à Alger, Nacereddine Ladjal, consultant auprès de la société informatique Kepler Algérie et ancien DG de GAM Assurance.

« Beaucoup de dossiers traînent.Des données existent au niveau de l’Union des assureurs et réassureurs (UAR) et du Conseil national des assurances(CNA) mais pas le détail », a jouté M. Ladjal. Pour les délais et les tarifs, cet ancien dirigeant d’une compagnie d’assurance algérienne privée, a rappelé que la loi donne un délai maximum de 30 jours pour le règlement d’un sinistre tel qu’il soit, à partir de la formalisation du dossier.

Pour les tarifs, « il est difficile d’élaborer un barème des prix des pièces de véhicules comme il se fait dans les pays d’Europe du sud où il existe l’argus », signale l’expert. En fait, « il n’y a pas de références de prix », affirme-t-il, « c’est pourquoi, les experts se perdent dans la rédaction de leurs rapports sur les sinistres ». Cet expert en assurance a relevé que « beaucoup de propriétaires de véhicules ont recours aux pièces de rechange achetées sur le marché informel ». Le problème est, en fait, « dans la valeur marchande du véhicule ».

Dans le but d’activer le traitement des dossiers, Kepler Technologies propose un système de gestion des sinistres automobiles sur lequel Amane Auto et le consultant algérien ont mis au point depuis un an et demi, et lancé officiellement, hier, à Alger, au profit des compagnies d’assurance et de réassurance. Ce système permet le traitement des dossiers en temps réel en connectant l’assuré au gestionnaire du sinistre, à l’expert, au comptable de la compagnie et enfin, à la direction de celle-ci, selon Cyril Crichton, directeur technique chez Kepler Technologies. Hormis le traitement efficace du dossier de sinistre et la réduction des délais qui varieront entre 5 et 10 jours, « ce système permettra, par ailleurs, d’évaluer les infrastructures routières pour y apporter des réaménagements », a-t-il assuré.

Le système Amane Auto peut valoir entre 5 et 50 millions de dinars. Actuellement, quatre compagnies algériennes sur les 13 existantes sur le marché ont demandé d’essayer gratuitement le système durant un à trois mois. Il s’agit, entre autres, de la CAAR (publique) et de la GAM (privée). La SAA, elle, « demande un système clé en main ».

Fella Midjek