Sidi Yahia, Le lieu privilégié des « branchés »

Sidi Yahia, Le lieu privilégié des « branchés »

arton19683-0a3ce.jpg« Sidi-Yahia a bien changé. En effet, il n’y a pas si longtemps, il y avait un oued où coulaient les eaux pluviales et les eaux usées ». C’est la déclaration d’un sexagénaire qui ne s’est pas rendu dans les lieux depuis les années 1990.

Il constate aujourd’hui que l’oued est asséché, et s’est transformé en grand boulevard, à la parisienne. « Il me semble qu’il est devenu le quartier le plus fréquenté d’Alger », a-t-il ajouté, émerveillé. Effectivement, la cité de Sidi Yahia, (Sidi Yaya pour certains habitués des lieux) située entre les localités de Hydra et de Bir Mourad Rais, est devenue, en un laps de temps assez court, l’un des endroits de shopping, de distraction et de gastronomie les plus convoités dans l’Algérois.

On remarque également une forte présence de touristes, en visite en Algérie. Pour revenir à l’appellation de la localité, son origine est tirée du cimetière (Sidi Yahia), qui est aussi le nom d’un marabout, selon les dires de certains habitants de la cité. On ne peut parler de Sidi Yahia sans parler de la rue principale dénommée par les riverains, « le petit royaume ». Ce dernier s’étend du centre commercial, Zemzem, jusqu’au carrefour où les eaux projetées forment un très beau spectacle qui ressemble à un bouquet de fleurs. Cet endroit a charmé les hommes d’affaires et beaucoup de clients (acheteurs). Par ses boutiques de mode, la localité a pu se faire une renommée sur la place d’Alger au point de rivaliser avec les grands magasins du centre de la capitale, d’El Biar ou de Ben Aknoun.

« La nouvelle tendance de la cité a été imposée par de nouveaux riches. Ils ont investi dans la localité », a indiqué un employé d’une boutique. « Pourvu que ça dure ! », lance un commerçant. Hiver comme été, le quartier draine un afflux de clients. Le quartier chic enregistre également beaucoup de curieux, avides de découvrir les lieux spécialisés dans le grand luxe. Des jeunes filles en groupe ou des couples font le lèche-vitrine pour découvrir la dernière mode de telle ou telle marque. « Ici, la clientèle est ciblée », explique un bijoutier. Ce centre qui était, dans un passé récent, un vaste espace boisé avec de rares habitations cernant le cimetière, draine des clients richissimes de toutes les régions. Selon ses propos, ce quartier de la capitale est devenu un exemple en matière d’investissements en raison des grandes marques et des restaurants gastronomiques.

« On repère les clients selon le véhicule stationné devant le magasin. Les propriétaires des 4×4, des grosses cylindrés et des véhicules qui appartiennent au corps diplomatique sont de très bons clients. Ils dépensent sans compter, l’essentiel c’est qu’ils trouvent des choses de collection très intéressantes », indique le représentant de Mango Algérie. Outre les boutiques de luxe, les restaurants attirent encore plus de clients.

Les spécialistes de la haute gastronomie proposant la cuisine mondiale. « Beaucoup de familles recherchant la tranquillité ne peuvent plus aller ailleurs, une fois qu’ils ont goûté à la saveur des mets des restos de Sidi Yaya », a indiqué un serveur. Le bon accueil et la qualité des plats l’emportent sur la facture à payer », a-t-il ajouté. Les cafétérias luxueuses sont également la destination favorite des couples en quête d’endroit calme loin du bruit et la pollution de la ville.

LE CINÉMA 5 D, INCONTOURNABLE

Nous ne pouvons pas quitter Sidi Yahia sans visiter le centre commercial de Zemzem où le Cinéma 5 D attire tous les jours des centaines, si ce n’est des milliers de clients. Sur la porte, il est inscrit : « On dirait sah » (On dirait que c’est vrai). Ce cinéma de 18 places qui appartient à deux jeunes, Talaoubrid et Hella, offre l’occasion aux visiteurs de vivre réellement des séquences.

Les jeunes filles, qui travaillent dans ce cinéma, expliquent aux visiteurs la signification de la cinquième dimension et les aident à choisir les séquences de 10 minutes. Les visiteurs s’assoient sur des fauteuils mobiles. Ils ajustent des lunettes spéciales pour ressentir les vrais effets spéciaux des actions présentées sur l’écran.

« Le cinéma rassemble les lunettes (3e D), le siège basculeur (4e D) et les effets spéciaux (5e D) », explique-t-on. Ce cinéma est déconseillé aux hypertendus, ceux qui ont une cardiopathie et ceux qui souffrent de vertiges et bien d’autres problèmes de santé.