Sétif : le kidnapping d’enfants refait surface

Sétif : le kidnapping d’enfants refait surface

Depuis quelques années le kidnapping des enfants en Algérie est devenu un phénomène récurrent et une réalité qui fait froid dans le dos. Des chiffres effarants démontrent l’ampleur de ce fléau. En 2007 par exemple, le ministère de l’intérieur a fait état de près de 400 enlèvement dans le pays. Aujourd’hui, même si ce phénomène a connu une diminution considérable, il est toutefois toujours présent dans notre société.

Une fillette de 7 ans originaire de la wilaya de Sétif, a été retrouvée, hier mardi, près de son domicile après plusieurs heures de disparition blessée dans plusieurs endroits de son corps. Grâce à la caméra de surveillance d’un magasin devant lequel la fillette se trouvait avant son enlèvement, les services de sécurité de ladite wilaya ont réussi à interpeller son ravisseur.

Un ravisseur “Ingénu”!

Les faits remontent au 6 décembre dernier, lorsque les parents de la victime avaient signalé sa disparition plusieurs heures après sa sorite de l’école. Elle n’a été retrouvée que plus tard dans la soirée à l’intérieur de l’immeuble.

En effet, son ravisseur après l’avoir enlevée a tenté, selon la même source, de la ramener chez elle. Ayant constaté que la porte de l’immeuble était fermée, il décide alors, visiblement proie à la panique, de projeter sa victime par la fenêtre de l’habitation. La fille a été transportée en urgence dans un centre hospitalier pour des blessures aux visage, bras et mains.

Une vague d’indignation chez les parents

Ce kidnapping n’a pas laissé indifférents les habitants notamment les parents d’élèves qui ont dénoncé cet “acte criminel” sans pour autant dissimuler leur peur et leur effroi d’autant que leurs enfants fréquentent l’école devant laquelle la fillette avait disparu. Ils réclament, de ce fait, de renforcer le dispositif sécuritaire dans le quartier pour éviter que ce phénomène ne se reproduise.

De son côté, le directeur de l’établissement, a confirmé, tout en dénonçant ce qu’il qualifie d'”acte lâche”, que la sécurité a toujours été assurée dans l’enceinte du ledit lieu soulignant que la fille victime de kidnapping avait quitté l’école vers midi en raison de la période d’examen pour rentrer chez elle. Selon lui, une fois l’élevé dehors, il est sous la responsabilité de ses parents.

Dans un monde où le crime est banalisè, “l’innocence” devient une proie facile pour des créatures immondes. Si cette fillette a eu la chance de s’en sortir vivante, beaucoup d’autres âmes “pures” ont perdu la vie parfois de la manière la plus atroce et la plus cruelle qui soit. A quand la fin de ce fléau qui continue à sévir parfois en toute impunité ?