Sellal à Sidi Bel Abbes: les trois mandats de Bouteflika « couronnés de succès »

Sellal à Sidi Bel Abbes: les trois mandats de Bouteflika « couronnés de succès »

sellal-meeting.jpgAbdelmalek Sellal, directeur de campagne du candidat à la présidentielle, Abdelaziz Bouteflika, a affirmé, lundi depuis Sidi Bel Abbes, que les trois mandats de ce dernier ont été « couronnés de succès » après une longue décennie de violence meurtrière.

« La stabilité du pays a été le principal acquis durant les trois mandats de Bouteflika et c’est cette stabilité que nous devons défendre, car il s’agit bel et bien d’un acte de souveraineté nationale sans lequel rien ne peut être entrepris », a souligné Sellal lors d’un meeting populaire à la salle omnisports du complexe 24 février 1956.

Il a enchaîné en affirmant qu’avec le candidat Bouteflika, c’est la continuité de cette politique pour une Algérie « stable, forte, démocratique et prospère qui est garantie ».

« Nous sommes tenus de défendre cet acquis jusqu’au bout, car il y va de notre avenir et de notre destin en tant qu’Algériens unis et solidaires », a-t-il insisté, rappelant que Bouteflika a toujours prôné une politique contre les inégalités régionales et contre la marginalisation et l’exclusion.

Sur sa lancée, Sellal a énuméré les bienfaits de cette politique qui a permis, a-t-il dit, à la wilaya de Sidi Bel Abbes de bénéficier d’une université formant une élite intellectuelle capable de prendre les destinées du pays. Il a, dans ce sens, mis en valeur l’importance accordée par le programme du candidat Bouteflika au savoir, à la science et à la technologie, assurant que l’objectif est de construire une économie basée sur la connaissance et le savoir.

Il a également relevé que ce programme vise à mettre en place une université ouverte sur son environnement et sur le monde extérieur, ajoutant que « nous sommes condamnés à poursuivre cet effort vers le progrès et le développement ».

Sellal n’a pas manqué l’occasion pour inciter les citoyens à être au rendez-vous du 17 avril pour « choisir l’homme de la stabilité qui a permis à l’Algérie de retrouver la place qui lui sied dans le concert de nations ».