Salah Dabouz et Hadj Brahim Aouf ne sont plus sous-contrôle judiciaire

Il a entamé une grève de la faim le 8 juillet dernier, soit depuis deux semaines, pour dénoncer sa mise sous-contrôle judiciaire par le tribunal de Ghardaia qui le contraint à se rendre trois fois par semaine à Ghardaïa, « Je suis obligé, depuis le mois d’avril, de faire 600 km pour signer. Cela devient intolérable ».

Aujourd’hui l’avocat et défenseur des droits de l’homme a informé sur Facebook avoir obtenu la levée du contrôle judiciaire lui ainsi que Brahim Aouf ex-codétenu du militant Kamel Eddine Fekhar.

« Le juge d’instruction de la première chambre m’a informé que l’affaire a été renvoyé devant le tribunal des délits et que de ce fait le contrôle judiciaire a été levé pour moi et Aouf », écrit-il sur Facebook.

M.A.Y