Saïd Sadi : « l’appel à la grève générale doit être relayé partout »

Dans une contribution publiée sur sa page Facebook, l’ancien président du Rassemblement pour la culture et la démocratie (RCD), Saïd Sadi a mis en garde contre l’aggravation de la situation du pays au lendemain de l’élection présidentielle du 12 décembre.

« Nous devons rester vigilants, mobilisés et unis car après le 12 décembre, le pays restera sous tension. Il faut anticiper cette accélération de la crise en pensant à mieux préciser le contenu de l’élan révolutionnaire », a indiqué Dr. Sadi.

« Faute de disposer d’une représentation crédible, les citoyens s’organisent comme ils le peuvent pour désamorcer une opération de restauration du régime qui, du reste, ne réglera rien puisqu’elle vise plus à introniser le proconsul des tuteurs du Golfe qu’à doter notre pays d’un chef d’État « , a-t-il précisé.

« Trop de temps a été perdu et nous voyons que ce qui était possible au printemps dernier ne l’est plus aujourd’hui », a estimé Saïd Sadi, ajoutant que « nous sommes face à l’épreuve de vérité. Les clarifications des enjeux et des méthodes ne peuvent plus être différées ».

Pour l’ancien dirigeant du RCD, « le peuple algérien doit avoir le courage de bien analyser les causes de « cette incapacité à dégager des instances consensuelles pouvant asseoir le minimum démocratique qui épargne à la nation des retours de manivelle totalitaires pour, dans un second temps, dégager les instruments devant manager la phase de transition »

Évoquant la gréve générale, Said Sadi a indiqué que « l’appel à la grève générale qui semble enfin faire consensus doit être relayé partout et par tous pour lui assurer le maximum de chance de réussite. »