Rezig :  » Les produits « Almarai » en Algérie seront destinés à l’exportation »

Rezig :  » Les produits « Almarai » en Algérie seront destinés à l’exportation »

Le ministre du Commerce, Kamel Rezig, a réitéré la détermination du gouvernement Algérien à établir l’usine laitière saoudienne « Almarai » en Algérie, soulignant qu’il s’agira d’un partenariat entre les deux pays et que ses produits seront exportés vers le marché européen et africain.

S’exprimant dans un interview accordé au journal saoudien « Erriadh », Kamel Rezig a déclaré que le Groupe « Elmarai » est un leader mondial, et que la relance de ce projet d’investissement était tributaire d’une conviction économique pure selon le principe « gagnant-gagnant » pour les deux parties, ajoutant que de tel investissement étranger directe (IDE) en matière de lait permettra la réduction de la facture d’importation de la matière première et la création des postes d’emploi en faveurs des cioyens algériens

En revanche, la partie saoudienne trouvera, note le ministre, un marché local de 45 millions de consommateurs ainsi qu’un marché africain de 1,2 milliards de consommateurs, sans parler de l’accès aux marchés européens, notamment le sud de l’Europe, à seulement quelques heures du nord de l’Algérie. Peu, par voie aérienne et maritime, seront un réel gain pour les deux parties sans oublier d’autres gains, notamment dans le domaine des transports, des réseaux de distribution, etc.

En outre, Rezig a annoncé que l’Algérie ambitionne d’ouvrir la porte à l’investissement, notamment dans les industries agro-alimentaire, manufacturières et le reste des secteurs non-stratégiques, pour les frères arabes et frères saoudiens, à l’instar du tourisme, l’énergie solaire, l’industrie papetière, les produits médicaux, les services informatiques, l’agriculture, les industries agro-alimentaires et les grandes surfaces commerciales.

A cet égard, le premier responsable du secteur a précisé , l’investissement saoudien en Algérie a suivi une courbe ascendante depuis des années. Néanmoins, la valeur de ces investissements ne dépasse pas les 1,5 milliards USD dans des secteurs comme le tourisme, l’habitat, la santé, la pétrochimie, les médicaments et l’agroalimentaire, a-t-il regretté.

Par ailleurs , Kamel Rezig a invité les hommes d’affaires arabes à venir investir en Algérie qui offre désormais des opportunités prometteuses suite à la levée de tous les obstacles,notam ment la suppression de la règle 51/49 % de la Loi sur les investissements et sa limitation seulement à des secteurs déterminés.

 

Ch.LAIB