Ressources en eau,Un plan « arrosé » pour Tiaret

Ressources en eau,Un plan « arrosé » pour Tiaret

economiseur-eau.jpg«13.000 m3/jour seront destinés à l’alimentation en eau potable de la population»

La wilaya bénéficiera d’un quota de 100.000 m3 ou plus d’eau potable.

Tiaret est sans doute une wilaya très prometteuse en matière de développement agricole. Le ministre des Ressources en eau, Hocine Necib, l’a si bien compris et il en a fait l’objet de la visite d’inspection qu’il a effectuée avant-hier dans cette wilaya.

Mohamed Necib est parti dans cette contrée avec un riche programme. D’emblée, il a indiqué que son département ministériel oeuvrera pour combler le déficit relevé dans la wilaya. Pour ce faire, il a dévoilé la démarche.

D’abord, le ministre a annoncé que la wilaya de Tiaret sera alimentée prochainement en eau potable à partir de la station de dessalement d’eau de mer de la Macta (Oran). Ainsi, la wilaya de Tiaret bénéficiera d’un quota de 100.000 m3 ou plus d’eau potable, soulignant que la station de dessalement d’eau de mer de la Macta, qui sera réceptionnée dans un ou deux mois, produira 500.000 m3/jour.

«13.000 m3/jour seront destinés à l’alimentation en eau potable de la population de la wilaya de Tiaret avant le début du mois du Ramadhan à partir des forages et d’autres projets», a-t-il fait savoir.

Cette région bénéficiera également de projets d’épuration des eaux usées avec le lancement prochain de la réalisation de la station de Frenda. Le ministère des Ressources en eau oeuvrera à réaliser quatre ou cinq mini-stations d’épuration des eaux usées d’une capacité variant entre 1000 et 3000 m3/jour.

Concernant l’envasement dont souffrent certains barrages du pays, le ministre a signalé l’existence d’un programme national qui prend en charge ce problème.

D’ailleurs, «un avis d’appel d’offres sera lancé dans ce sens au mois de mars prochain», a-t-il indiqué. A Tiaret, c’était l’occasion pour le ministre des Ressources en eau d’inspecter la station de pompage du barrage de Dahmouni, le projet de raccordement de Mahdia à la station Dzarit, la station de drainage des eaux usées de Aïn Bouchekif, en plus de la visite des projets de rénovation du réseau d’AEP à Aïn Dheb. Au chef-lieu de wilaya, il a passé en revue les projets de réhabilitation de la station de pompage, de réalisation d’un réservoir de 5000 m3 à Haï Belazreg et d’une station de traitement des eaux usées à Bekhadda, avant de poser la première pierre de réalisation d’une retenue collinaire dotée d’une capacité de 500.000 m3 à Guertoufa. En matière d’eaux souterraines, la wilaya affiche un nombre de 166 forages en service permettant le prélèvement d’une moyenne de 30 millions de m3/an. Il est prévu la mise en service de six nouveaux forages, permettant un apport de 6000 m3/J, avant le mois sacré de Ramadhan. Quant aux eaux superficielles, la wilaya dispose de deux grands barrages en exploitation.

Le barrage de Bakhadda d’une capacité de 39,94 hm3 au dernier levé, affiche un taux de remplissage actuel de 100%. Le barrage de Dahmouni d’une capacité de 39,52 hm3 au dernier levé, affiche un taux de remplissage actuel de 87%.

La bonne nouvelle: «La réhabilitation de la station de traitement de Bekhedda permettra d’apporter 20.000 m3/j supplémentaires, alors que les différentes opérations de réhabilitation des réseaux de distribution à travers la wilaya vont certainement améliorer davantage la situation de l’alimentation en eau potable», nous indique-t-on.

Ce n’est pas encore fini, puisque «une étude est en cours de lancement par l’ADE afin de renforcer l’alimentation en eau potable de 19 localités dont la population avoisine les 400.000 habitants à partir du réservoir de 120.000 m3 sur le couloir Mostaganem-Tiaret du système MAO. Enfin, le sud de la wilaya bénéficiera, quant à lui, du mégaprojet de transfert des eaux du Sud vers les Hauts-Plateaux».

La wilaya de Tiaret dispose d’un grand périmètre d’irrigation d’une superficie de 4500 ha dont une première tranche de plus de 1200 ha est équipée et est actuellement en exploitation. Ce périmètre, situé dans les Hauts-Plateaux du Sersou est irrigué à partir du barrage de Dahmouni dont il porte le même nom. Côté assainissement, la wilaya de Tiaret dispose d’un réseau d’assainissement d’une longueur de 1250 km permettant un taux de raccordement à l’égout de 82% (urbain 85%, rural 62%).

Quant à l’épuration des eaux usées, la wilaya dispose d’une station d’épuration d’une capacité de 38.000 m»/j en exploitation depuis 2008. Cette station traite les eaux usées des villes de Tiaret, Bouchekif et Sougueur. Un projet est en cours afin d’y raccorder la commune de Dahmouni et la localité de Aïn Meriem.

«Un projet de réalisation d’une autre station est en cours de lancement. Il s’agit de la Step de Frenda d’une capacité d’épuration de 11.800 m3/j», fait-on savoir.

Enfin, plusieurs projets sont en cours de réalisation pour un montant global de 1,870 milliard de DA. Il s’agit, notamment de la protection des centres urbains contre les crues, la rénovation et l’extension des réseaux d’assainissement, la résorption des points noirs en assainissement et l’étude du schéma directeur d’assainissement.

Deux autres opérations sont inscrites au titre du programme 2012 pour un montant global de 470 millions de DA pour la réalisation des collecteurs principaux et galeries à travers les grands centres urbains et la protection contre les crues avec la réhabilitation du canal existant.

En perspective, il est prévu l’inscription de nouvelles Step pour Tagdamet, Melakou, Tousnina et Medroussa, de type jardins filtrants.