Raouya: le financement non conventionnel, option la plus difficile à prendre

Raouya: le financement non conventionnel, option la plus difficile à prendre

Algérie – Le ministre des Finances, Abderrahmane Raouya, l’a reconnu aujourd’hui, mardi 2 janvier, au lendemain de l’entrée en vigueur de la loi de finances 2018.

Le Financement non conventionnel, ou le recours à la planche à billets, décidé par l’amendement de la loi sur la monnaie et le crédit, était “l’option la plus difficile à prendre”, a avoué Abderrahmane Raouya sur les ondes de la radio chaîne 3.

Selon lui, le gouvernement a été contraint d’opter pour cette option parce que c’est celle qu’il “maîtrise le plus”.

En ce qui concerne l’autre option proposée par des experts, celle de passer à une nouvelle monnaie, le ministre des Finances a expliqué que le gouvernement ne peut pas choisir une solution dont il “ne maîtrise pas la politique” et dont il n’a pas assez de données. Pour lui, le financement non conventionnel est la solution que l’exécutif d’Ahmed Ouyahia maîtrise le mieux.

Ainsi, M. Raouya affirme que cette option permettra de mettre à la disposition des banques quelque 1 000 milliards de dinars, destinés au financement des projets d’investissement.

Abderrahmane table, en outre, sur une croissance du pays de l’ordre de 4% pour l’année 2018, accompagnée, cependant, d’un taux d’inflation de 5,5%.