Raid israélien sur un hôpital de Gaza : “crime de guerre odieux”, Mahmoud Abbas

Raid israélien sur un hôpital de Gaza : “crime de guerre odieux”, Mahmoud Abbas

Le président palestinien, Mahmoud Abbas, s’est exprimé sur le bombardement de l’hôpital Mamadani de la ville de Gaza par Israël survenu, ce mardi 17 octobre 2023, qualifiant cet acte de grande tragédie et de crime de guerre odieux qui ne peut être toléré.

Il a donc présidé une réunion urgente des dirigeants palestiniens à son retour de Jordanie, déclarant que le gouvernement d’occupation avait franchi toutes les limites et qu’il ne permettrait pas que cela se produise sans responsabilité et punition.

Mahmoud Abbas a décidé d’écourter sa visite à l’étranger et être aux côtés de son peuple en cette période difficile. Il a également annulé le sommet prévu avec le président Biden à Amman, après avoir consulté les dirigeants jordaniens et égyptiens.

De plus, le président Abbas a souligné que l’agression contre le peuple palestinien devait cesser et a appelé la communauté internationale à demander des comptes au gouvernement d’occupation. Il a également demandé une protection internationale pour le peuple palestinien. Il a déclaré que le peuple palestinien ne permettrait pas une nouvelle catastrophe au 21e siècle et qu’il resterait sur sa terre, quelles que soient les difficultés et les sacrifices.

Le président Abbas a affirmé que tout serait fait pour mettre fin au bain de sang dans la bande de Gaza et en Cisjordanie. Il a appelé le Conseil de sécurité à prendre ses responsabilités et à adopter une résolution condamnant ce crime et mettant immédiatement fin à l’agression.

A LIRE AUSSI : L’Algérie condamne fermement l’attaque de l’hôpital à Gaza par un raid israélien

Hôpital de Gaza bombardé par Israël : le président du Conseil européen s’exprime

En outre, le président du Conseil européen Charles Michel a estimé mardi qu’une attaque contre une infrastructure civile n’était pas conforme au “droit international”, après un bombardement, qui a fait au moins 500 martyrs, de l’aviation sioniste contre un hôpital où s’étaient réfugiées des familles palestiniennes dans la bande de Gaza assiégée.

“Il semble que c’est confirmé, et une attaque contre une infrastructure civile n’est pas conforme au droit international”, a déclaré M. Michel qui a aussi exprimé son “émotion”.

Pour conclure, le président du Conseil européen, Charles Michel s’exprimait à l’issue d’un sommet par visioconférence des 27 sur l’agression sioniste contre la bande de Gaza.