Quel avenir pour Djebbour à l’AEK ?

Quel avenir pour Djebbour à l’AEK ?

breveon1855.jpg« Le club veut le garder et espère prolonger son contrat »

Alors qu’il profite actuellement de ses vacances à Dubaï, l’attaquant international algérien Rafik Djebbour ne semble pas encore fixé sur son avenir et ne sait toujours pas dans quel club il évoluera pour cette nouvelle saison 2010-2011.

Annoncé à plusieurs reprises comme partant de l’AEK Athènes, au terme de l’exercice dernier, l’international algérien pourrait bien continuer son aventure avec le club de la capitale grecque pour une autre saison. En effet, toujours lié à l’AEK jusqu’en juin 2011, Djebbour paraît plus près de rester que de partir pour une autre formation. Le joueur lui-même semble toujours hésitant et n’a a priori pas encore tranché la question. Après une éprouvante Coupe du monde disputée avec la sélection nationale, il préfère attendre encore quelques jours afin d’y voir plus clair et savoir s’il continuera ou non son aventure au pays de la déesse Athéna.

Le club veut le garder et espère prolonger son contrat

Afin d’en savoir plus sur cette affaire, on a contacté avant-hier un responsable de la cellule d’information et de communication de l’AEK qui a d’emblée tenu à nous préciser que Djebbour est encore lié avec le club jusqu’en 2011 et que du moment que le joueur n’a pas eu sa lettre de libération, il fera dans ce cas partie de l’effectif de l’équipe en perspective de la saison à venir. Notre interlocuteur nous a affirmé aussi que la direction de l’AEK n’a reçu d’offre d’aucune formation locale ou étrangère voulant s’attacher les services de l’attaquant algérien.

Une source assez proche du club grec nous a révélé quant à elle que les responsables de l’AEK ne sont pas du tout contre l’idée de garder Djebbour pour une autre saison, d’autant que ce dernier demeure une pièce maitresse de l’échiquier de l’entraîneur Dusan Bajevic et son apport sera certainement essentiel à l’équipe. Lesdits responsables espèrent même convaincre leur joueur de prolonger son contrat de deux années supplémentaires, du moment que s’il décide de rester, il se retrouvera automatiquement libre de tout engagement à la fin de la saison et le club ne pourra donc pas en tirer bénéfice en cas de transfert. Reste à savoir à présent quelle sera la position de Djebbour, lui qui espère tant évoluer en Bundesliga et connaître de nouvelles sensations.

Pourra-t-il cohabiter avec Bajevic pour une autre saison ?

On sait que la relation entre Rafik Djebbour et son entraîneur en club, à savoir Dusan Bajevic, demeure très tendue. Les deux hommes ne s’apprécient pas vraiment et le courant ne passe pas véritablement pas entre eux, malgré les interventions répétées de la direction du club de résoudre le problème. A cause d’un conflit avec son entraîneur, le joueur avait été écarté à un moment donné la saison dernière du groupe professionnel durant plus de 3 mois. Même si l’entraîneur serbe avait autorisé par la suite son attaquant à réintégrer le groupe et lui a permis de disputer la 2e moitié de saison, il n’empêche que la relation entre les deux parties est restée tout aussi tendue. On se demande bien comment fera Djebbour s’il venait à rester cette saison encore à l’AEK, pour cohabiter et travailler avec Bajevic ? Telle est la vraie question.

Le groupe a repris l’entraînement sans lui

Le groupe professionnel du club de l’AEK Athènes a repris le chemin des entraînements le 28 juin dernier sous la conduite bien entendu de l’entraîneur serbe, Dusan Bajevic, qui a semble-t-il été maintenu pour une autre saison par sa direction. Ce dernier a permis aux joueurs ayant participé à la Coupe du monde de prolonger leurs vacances.

Le coût élevé de sa libération a démotivé les autres clubs

Tout le monde se souvient qu’à l’approche du terme de la saison dernière, plusieurs clubs européens avaient affiché leur intérêt pour enrôler l’ex-sociétaire du Panionios au sein de leur effectif. Des formations allemandes tels le VFL Wolfsburg, Hambourg, Stuttgart et d’autres françaises, à l’image du FC Toulouse, du RC Lens et du FC Nancy Lorraine avaient émis pourtant le vœu de racheter son contrat, mais pas à n’importe quel prix. En effet, jugeant que le coût fixé par les dirigeants de l’AEK pour la libération de Djebbour était excessif (la direction du club grec exige pour rappel pas moins de 3 millions d’euros pour laisser partir son joueur), les clubs précités ont immédiatement laissé tomber la piste de l’international algérien préférant cibler d’autres attaquants. Le fait que Djebbour ait raté ou presque sa Coupe du monde (aucun but inscrit durant ce tournoi) n’a sans doute pas été à son avantage, puisqu’on ne semble pas trop emballés désormais par l’idée de casser sa tirelire pour le recruter.