Protection des personnes âgées : Un devoir sacré désormais pris en charge par la loi

Protection des personnes âgées : Un devoir sacré désormais pris en charge par la loi

retraité.jpgLa prise en charge des personnes âgées est l’une des préoccupations majeures du gouvernement, qui veut faire valoir une meilleure vie à cette catégorie sociale en lui préservant ses droits et en l’aidant dans son quotidien. L’Algérie compte actuellement quelque 1,8 million de personnes âgées dont 300 000 sont prises en charge par l’Etat. Ce chiffre passera durant les trois prochaines décennies à 9 millions de personnes.

Les textes de loi relatifs à la protection de ces personnes pénalisent toute personne qui délaisse ou porte atteinte aux personnes de cette catégorie sociale. Ils mettent en garde tous ceux qui portent atteinte à l’intégrité physique ou morale de ces personnes. «Quiconque délaisse ou expose une personne âgée au danger est puni, selon les cas, des mêmes peines prévues par le code pénal, notamment ses articles 314 et 316», peut-on lire dans l’article 31. L’article qui suit est plus explicite : «(…) est puni d’un emprisonnement de 6 à 18 mois et d’une amende de 20 000 à 200 000 dinars toute personne qui contrevient aux dispositions des articles 7 et 29 alinéa 1 de la présente loi, lesquels stipulent que les personnes en charge des personnes âgées doivent, lors-qu’elles disposent de moyens suffisants pour le faire, assurer la prise en charge et la protection de leurs ascendants».

Par ailleurs, et comme vient de l’annoncer le ministre de la Solidarité nationale et de la Famille, l’Etat interviendra par une aide dans la prise en charge de ces personnes pour permettre leur maintien dans le milieu familial à travers des dispositifs et des mesures permettant une offre de prise en charge globale intégrant à la fois les soins, les équipements spécifiques, l’aide à domicile, l’aide ménagère et les prestations nécessaires susceptibles de répondre à leur état physique et mental.

D’autre part, toute personne âgée étant en difficulté, n’ayant pas de liens familiaux et étant en difficulté financière ouvre droit à une assistance sociale et à une pension estimée à 2/3 du Salaire national minimum garanti (SNMG).

Une enveloppe financière de 23,8 milliards de dinars a été allouée l’année dernière au profit de 708 000 personnes démunies bénéficiant de l’allocation forfaitaire de solidarité (AFS), dont plus de 292 000 âgées de 60 ans et plus.

Un montant de l’ordre de 6,1 milliards de dinars a été, en outre, dégagé durant la même année au titre des cotisations à la sécurité sociale pour les bénéficiaires de l’AFS et de leurs ayants droit.

D’autre part, un plan d’action pour la période 2010-2014 en faveur de cette catégorie de la population, a été élaboré par le gou- vernement, qui s’est lancé dans la rénovation de 167 centres au niveau national. Les travaux de réhabilitation ont été déjà lancés pour certains établissements et d’autres devraient l’être durant ce mois de janvier.

Sarah SOFI

La gériatrie, nouvelle spécialité à la faculté de médecine

Le renforcement de la prise en charge médicale des personnes âgées se traduit par le lancement d’une nouvelle spécialité sous le nom de «gériatrie» à la faculté de médecine. Cette décision émanant du ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme hospitalière intervient suite à la proposition faite par l’Assemblée populaire nationale qui vise à renforcer la prise en charge médicale des personnes âgées dans un cadre familial convenable.

Pour se doter d’un personnel de santé spécialisé, le département d’Ould Abbès fera appel à des professionnels dans le domaine pour assurer une bonne formation des médecins afin de mettre en place les meilleures conditions de prise en charge pour cette frange sensible de la population, estimée à près de 2 millions de personnes.

Le ministre rappelle que sa politique est axée sur la réhabilitation des services sanitaires et l’amélioration des prestations de services, notamment pour les personnes âgées, qui nécessite une formation des plus particulières, et ce, dans le cadre de la réalisation du programme quinquennal 2010-2014.

La nouvelle loi institutionnalisée fixe les droits de cette catégorie et les obligations légales des descendants directs et du principe d’une aide de l’Etat aux familles démunies pour la prise en charge de leurs membres âgés. L’Etat prévoit dans ce cadre la création de 32 centres spécialisés dotés de médecins et de psychologues pour la prise en charge de cette catégorie.

S. S.