Produits alimentaires : Benabderrahmane s’excuse auprès des Algériens

Produits alimentaires : Benabderrahmane s’excuse auprès des Algériens

Le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, a répondu, ce jeudi 6 octobre 2022, aux questions et aux préoccupations des députés de l’Assemblée populaire nationale (APN) posées dans le cadre de la présentation de la Déclaration de politique générale du Gouvernement, a indiqué un communiqué des services du Premier ministre.

Répondant aux préoccupations des membres de l’Assemblée populaire nationale (APN) concernant la Déclaration de politique générale du Gouvernement lors d’une séance plénière, le Premier ministre, Aïmene Benabderrahmane, a tenu “à présenter ses excuses à tout chef et à toute cheffe de famille ayant rencontré des difficultés pour se procurer certains produits alimentaires de large consommation”.

En effet, lors de son intervention, le Premier ministre a évoqué la disponibilité des produits de large consommation et la stabilité des prix. Affirmant que “l’État frappera d’une main de fer quiconque oserait toucher aux vivres des Algériens ou se livrer à la contrebande pour créer un climat de confusion et pousser l’État à recourir à l’importation”.

D’ailleurs, Aïmene Benabderrahmane a saisi l’occasion pour assurer que “les produits de large consommation sont disponibles, et ce, en quantités suffisantes”. Dans ce même sens, le Premier ministre a fait état d’un stock stratégique important pour tous les produits.

Le Premier ministre évoque le pouvoir d’achat et la hausse des prix

En outre, le Premier ministre a aussi évoqué les questions relatives au pouvoir d’achat des citoyens et à la hausse des prix. À cet effet, il a assuré que “le pouvoir d’achat du citoyen reste au cœur des préoccupations des politiques publiques”. Notamment “à travers l’adoption d’une politique de commerce extérieur qui régule les importations sans toutefois les freiner”.

Concernant le phénomène de la hausse des prix, Aïmene Benabderrahmane a expliqué qu’ “il n’était pas propre à notre pays”, notant qu’ “il affecte la majorité des pays dans le monde, dont des pays développés et des pays en voie de développement”.

D’ailleurs, il a aussi noté le fait qu’ “il était impossible d’évoquer la situation socio-économique d’un pays sans aborder le pouvoir d’achat du citoyen qui demeure au cœur des politiques publiques”.

“Je ne me justifie pas, mais je fournis plutôt des explications afin de contribuer tous, chacun à son niveau, à barrer la route aux parties malveillantes qui tentent exprès à diaboliser la situation”, a soutenu le Premier ministre lors de son allocation devant les membres de l’APN.

“La politique du Gouvernement vise à rationaliser l’importation”

Sur un autre volet, le Premier ministre a répondu sur une question portant sur l’importation. À cet égard, Aïmene Benabderrahmane a expliqué que “la politique du Gouvernement concernant le commerce extérieur a pour but de rationaliser les importations plutôt que de les freiner”.

De plus, le Premier ministre a également indiqué que “dans sa démarche, le Gouvernement souhaite préserver le produit national pour consolider le tissu industriel et agricole et soutenir une économie nationale forte, pouvant assurer la sécurité de l’Algérie”.

Ainsi, il a expliqué que la politique du Gouvernement en matière d’importation vise “à encourager la substitution des importations par la production nationale” et a réfuté “les allégations affirmant le fait que l’État freinait l’importation”.

D’ailleurs, le Premier ministre a fait savoir que durant la période précédente, notre pays faisait face “à une importation criminelle”, avec “des centaines de conteneurs contenant des pierres et des déchets importés à des centaines de millions de dollars”. Assurant qu’il est impossible de retourner à ces pratiques.