Prix du pétrole : le brut algérien repart à la baisse ce 26 septembre

Prix du pétrole : le brut algérien repart à la baisse ce 26 septembre

Les prix du pétrole brut sont toujours en baisse et poursuivent en ce lundi leur déclin à cause des perspectives économiques de plus en plus difficiles , laissant craindre pour la demande de brut actif . En effet , le cours du pétrole a baissé de 24% en 3 mois, atteignant son plus bas niveau en huit mois. Les marchés craignant que le ralentissement de l’activité économique mondiale n’entame la demande du pétrole brut .

Cette baisse est alourdie par la hausse du dollar américain et les craintes que de fortes hausses des taux d’intérêt à l’échelle mondiale déclenchent une récession et affectent ainsi la demande de carburant augmentent . Actuellement, le Sahara blend est à 87,8$ , prix qui baissa en seulement deux semaines après qu’il ai atteint le seuil des 90$ auparavant , mais qui est désormais impacté par cette baisse mondiale des cours .

“Le prix du pétrole s’est largement replié par rapport aux sommets des prix atteints durant les derniers mois”, précise Richard Hunter, analyste chez Interactive Investor.

La guerre en Ukraine “pousse l’économie mondiale au bord de la récession”

Les menaces de réduction de la production par l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP ) la semaine dernière n’ont guère empêché les baisses du brut. Les nouvelles d’une éventuelle escalade du conflit entre la Russie et l’Ukraine, qui risque de perturber l’offre mondiale de brut, n’ont également provoqué qu’un rebondissement de courte durée des prix. Mais les traders s’attendent toujours à ce que la demande de brut s’améliore au quatrième trimestre, notamment en cas d’hiver européen rigoureux, qui pourrait faire grimper la demande de fuel de chauffage. La demande d’essence aux États-Unis devrait également s’améliorer alors que les prix des carburants s’atténuent d’avantage par rapport aux records atteints dans le pays.
Les taux d’intérêt sont donc plus élevés qu’ils ne l’ont été depuis 2008, et l’inflation n’a pas encore vraiment baissé, même avec la chute des prix du pétrole et du gaz.