Les précisions du ministre de l’Habitat: Formule LPA, promotions immobilières et logements sans actes

Les précisions du ministre de l’Habitat: Formule LPA, promotions immobilières et logements sans actes

par M. Aziza

Les précisions du ministre de l’Habitat: Formule LPA, promotions immobilières et logements sans actes

  Tout en annonçant la signature imminente du décret exécutif pour le lancement effectif du Logement promotionnel aidé (LPA), avec 70. 000 logements au cours de cette année, le ministre de l’Habitat de l’Urbanisme et de la Ville, Abdelwahid Temmar, a donné des instructions fermes pour suivre de près les promotions immobilières privées.

Le ministre de l’Habitat a reconnu clairement hier, en réunion avec les directeurs de l’habitat à travers le territoire national, que les promotions immobilières privées échappent au contrôle de son secteur. Il a clairement signifié que ces promotions immobilières se contractent avec des citoyens à titre privé et entament leur projet sur la base d’un permis de construire. En indiquant que, souvent, elles ne respectent même pas les règles de l’urbanisation définie dans le permis de construire. « On les autorise à construire un ‘R+5′, les promoteurs privés se lancent dans des ‘R+7′ et parfois plus !». Et de poursuivre : «sans parler sur la qualité des constructions et sur les supercheries constatées dans plusieurs projets immobiliers». Ayant reçu des plaintes de la part de citoyens, le ministre a rappelé à ses cadres et aux directeurs de wilaya que tout ce qui est relatif au secteur de l’habitat les concerne. «Vous êtes responsables au niveau local de tous les projets entrepris dans le secteur, que ce soit des projets entrepris par l’Etat ou ceux entrepris par les propriétaires des promotions privées», dit-il, soulignant que «le ministère de l’Habitat a droit de regard sur ce qui se passe dans ces promotions immobilières privées, on doit contrôler la qualité et le contrat du logement, pour éviter les arnaques et les différentes formes d’escroquerie dont sont victimes certains de nos citoyens».

Sur un autre registre, le ministre a demandé aux directeurs de wilaya de remettre à son département le fichier recensant toutes les entreprises et les bureaux d’études chargés de projets de constructions de différentes formules, et ce, avant la fin du mois en cours. Indiquant, à la grande surprise «nous ne savons même pas avec qui on travaille !» Et de dénoncer le fait qu’on octroie à certains entrepreneurs des projets à travers plusieurs wilayas, dépassant même leurs capacités de réalisation, ce qui impacte souvent le rythme de réalisation. Il dira en outre qu’«il y a un bureau d’études qui gère 20 projets de constructions, et le reste des bureaux d’études chôment». Il insiste : «je veux ce recensement pour qu’on sache à qui on a affaire, et pour casser le monopole et donner la chance à tout le monde pour travailler selon les capacités».

Tout en s’adressant aux responsables locaux du secteur, le ministre a affirmé que «les retards dans les projets sont pratiquement enregistrés dans toutes les wilayas du pays, sans exception». Il leur a exigé des informations justes, claires et précises à temps. « Evitez de maquiller les chiffres, car aujourd’hui la vérité est vite dévoilée par la presse ou à travers Facebook». Et d’enchaîner : «je me sens gêné quand un journaliste demande de confirmer une information dont souvent je n’ai pas les détails et quand je demande des éclaircissements sur le sujet, elles arrivent une semaine après». «C’est simple, le directeur de wilaya doit maîtriser son territoire et ne doit surtout pas dire, je ne sais pas».

A noter, par ailleurs que le département de Temmar a décidé le lancement de 80 000 logements supplémentaires, dans le cadre du l’habitat rural. Le ministre s’est dit pour «l’habitat rural groupé» en instruisant ses cadres à éviter les «bêtises» du passé et le gaspillage. Il cite à titre d’exemple, la viabilisation d’un boulevard de 12 mètres à Médéa, pour desservir six logements seulement.

100.000 logements sans actes de propriété à Alger

Le ministre de l’Habitat a affirmé que des milliers d’Algériens ont obtenu leur logement, sans avoir l’acte de propriété. Le dernier recensement effectué dans la wilaya d’Alger, fait ressortir que 100.000 logements sont sans actes de propriété. M. Temmar dira que «certains sont morts sans qu’ils obtiennent leurs actes de propriété, ce qui a entraîné d’énormes problèmes familiaux sur la question de l’héritage». Il insiste : «la remise des actes doit désormais précéder la remise des clefs», a-t-il signifié en réclamant à ses cadres de faire un recensement général, sur l’ensemble du territoire national sur le sujet des actes de propriété, qui sera remis au cours du premier semestre de cette année, au ministère de l’Habitat.

La CNL contrôlera l’argent de l’Etat

Contrairement aux projets LSP qui ont connu un certain blocage et qui ont été confrontés au problème de maîtrise et contrôle des finances, le financement des projets LPA qui seront lancés cette année sera contrôlé exclusivement par la Caisse nationale du logement (CNL). Le montant à payer comme première tranche sera fixé entre 20 et 25% du prix total du logement, et le reste sera payé en quatre tranches, selon le ministre. Et d’indiquer que le prix du mètre carré est de 50.000 dinars. Cette formule proposera des logements F2, F3 et F4.