Port d’Alger : 600 véhicules utilitaires bloqués, un député saisit le Premier ministre

Port d’Alger : 600 véhicules utilitaires bloqués, un député saisit le Premier ministre

Depuis plus de quatre mois maintenant, un important lot de véhicules utilitaires appartenant à des opérateurs économiques est bloqué au port d’Alger.

Cette situation pénible a conduit à l’accumulation de charges douanières sur les propriétaires des véhicules, malgré leur paiement préalable des frais de dédouanement par transfert bancaire.

Face à cette entrave bureaucratique, le député Tahar Ben Ali a pris position et a dénoncé fermement la situation sur sa page Facebook.

Tahar Benali sollicite le Premier ministre pour “libérer” les 600 véhicules utilitaires bloqués au port d’Alger

Dans une lettre adressée au Premier ministre, Aymen Benabderrahmane, datée du début du mois de juillet, le parlementaire a exprimé son inquiétude concernant la rétention prolongée de 600 véhicules utilitaires au port d’Alger.

Selon le député, ces véhicules ont déjà été dédouanés dans d’autres ports, et leur immobilisation actuelle entrave les activités économiques de leurs propriétaires, en plus de faire peser des frais supplémentaires sur leurs poches.

À LIRE AUSSI : Automobile : le GPL gagne du terrain avec 1 million de véhicules en circulation en 2023

Tahar Benali a ainsi appelé le Premier ministre à intervenir d’urgence pour mettre fin à cette situation qui prend en otage les véhicules utilitaires. Sa lettre a suscité l’attention sur les réseaux sociaux et a été partagée par de nombreux internautes.

Véhicules bloqués au port d’Alger, le PM répond à Tahar Benali

En réponse à la requête du député, Mohamed Sofiane Hadj Seddouk, chef de cabinet du Premier ministre, a assuré que “Le cas va être étudié et les mesures adéquates seront prises.

Une réponse qui apporte un brin d’espoir aux propriétaires des véhicules concernés qui attendent désormais avec impatience la résolution de leur situation.

À LIRE AUSSI : Jusqu’à 600.000 DA de profits par véhicule : les courtiers auto sévissent en Algérie

Cette situation, bien que singulière, reflète les défis rencontrés par les entreprises face aux lourdeurs administratives en Algérie. Les procédures administratives trop longues peuvent engendrer des retards préjudiciables pour les opérateurs économiques, mais pas que. Les consommateurs qui attendent l’arrivée de leurs commandes en sont également impactés.

Lenteurs dans la remise de véhicules neufs chez les concessionnaires

Les acteurs du secteur utilitaire ne sont pas les seuls à faire face à une situation de blocage administratif. D’après les témoignages de plusieurs citoyens, les listes d’attentes au niveau des concessionnaires auto tels que Fiat ne cessent de s’allonger.

Initialement partis pour attendre 2 mois, beaucoup de clients sont à ce jour sans aucune nouvelle de leurs demandes. Cette situation met à mal le consommateur et le pousse, indirectement, à se tourner vers le marché de l’occasion. Un marché qui, de son côté, est en proie à une forte tendance spéculative.