Pénurie d’eau potable en Kabylie, Sonelgaz réfute les accusations de l’Algérienne des Eaux

Pénurie d’eau potable en Kabylie, Sonelgaz réfute les accusations de l’Algérienne des Eaux

galerie-membre,eau,goutte-d-eau-02 - Copie.jpgLa pénurie d’eau potable dans plusieurs localités de la wilaya de Tizi Ouzou, ayant provoqué la colère des citoyens qui l’ont exprimée par des actions de protestation ces derniers jours dans pratiquement les quatre coins de Kabylie, est imputée à l’alimentation irrégulière en électricité, avons-nous appris hier auprès d’une source proche de la direction locale de l’hydraulique.

En effet, selon nous sources, l’alimentation en énergie électrique perturbée en raison parfois de simples chutes de tension ne permettant pas de faire les fonctionner les installations hydrauliques, comme les équipements de pompage, serait la cause de cette pénurie d’eau potable jamais égalée en pareille saison, même les années précédentes. Les services en charge de l’alimentation en eau potable tiennent pour responsable la Sonelgaz de cette situation qu’endurent des centaines de milliers d’habitants de la toute la région du sud, de l’est, du nord et de l’ouest. Si pour les régions du nord de la wilaya ou peut avancer la non mise en service du transfert de l’eau du barrage Taksebt vu que les travaux sont toujours en cours, en revanche personne ne comprend pourquoi les localités du sud de la wilaya, comme celles situées dans la région de Draa El Mizan alimentées depuis le barrage de Koudiat Asserdoune (Bouira), font également face à une pénurie d’eau sans précédent. Nous avons tenté hier à maintes reprises, mais en vain, de prendre attache avec les services de l’Algérienne des eaux de Tizi Ouzou pour connaître leur version dans ce qui en passe de devenir le scandale de l’été 2011. La Sonelgaz, via sa chargée de communication jointe au téléphone, a indiqué que les perturbations de l’alimentation en eau potable existaient avant, pendant et après les coupures de l’énergie électrique pour les besoins de l’entretien des réseaux avec la prise en considération des stations de pompage dont les réseaux sont épargnés par ces coupures. Notre interlocutrice n’a pas caché l’étonnement de la direction de la Sonelgaz en lisant sur des affiches distribuées aux citoyens les informant que les perturbations en eau potable seraient dues aux coupures d’électricité. Toujours selon la même source, l’ADE est saisie dans les délais par des écrits à chacune coupure de courant.

Hamid Messir