Organisation de la CAN-2021: Le Cameroun répond à Bernaoui

Répondant aux propos du ministre algérien de la Jeunesse et des Sports, Raouf Bernaoui, le président de la Fédération camerounaise de football (Fecafoot), Seidou Mbombo Njoya, a déclaré que son pays « sera prêt pour organiser la CAN-2021 ».

Le ministre algérien de la Jeunesse et des Sports, Raouf Bernaoui, a déclaré, il y a quelques jours, que «la CAF a demandé à l’Algérie de se préparer en cas de retrait de la CAN-2021 au Cameroun». Il a, en plus, précisé que «les autorités publiques ont donné un accord à la Fédération algérienne de football pour se présenter au cas où le Cameroun n’y arriverait pas». 

Et à notre ministre d’ajouter : «Nous avons les moyens pour l’organisation de la coupe d’Afrique, il y a des stades prêts. Nous avons vu en Egypte, ils ont remis à niveau leurs stades en seulement 6 mois.» Ces déclarations ont fait couler beaucoup d’encre du côté camerounais, car elles relancent, d’une manière indirecte, une forte pression sur les responsables camerounais qui n’ont, encore pas digéré le fait qu’ils n’ont pu organiser la CAN-2019 confiée à l’Egypte. 

La CAF a, par la suite, trouvé un compromis avec les responsables camerounais et les autres pays retenus pour les CAN suivantes pour faire glisser l’édition du Cameroun à 2021. Forte de la première expérience, la CAF a certainement voulu ne plus perdre de temps et prendre ses précautions de préparer « un plan B » pour suppléer «le plan A» du Cameroun. Et la réponse du Cameroun n’a pas tardé après les propos du ministre de la Jeunesse et des Sports. Les autorités camerounaises sont montées au créneau et réaffirment leur engagement pour abriter cet évènement. C’est ainsi que le président de la fédération camerounaise de football (FACAFOOT), Seidou Mbombo Njoya, a confié à la chaîne nationale locale CRTV Radio : «Il n’y a pas d’équivoque, le Cameroun organisera la CAN-2021. Le passage de témoin a eu lieu. J’ai été stupéfait comme tout le monde, mais par la suite, je suis allé à la quête de l’information. Je pense quand même que les propos du ministre des Sports algérien ont été probablement un tout petit peu déformés.» Il ajoutera : «Nous sommes sereins, il n’y a aucun doute le Cameroun organisera la CAN-2021 comme prévu. 

J’ai reçu des mains de la CAF le drapeau de l’organisation par le Cameroun de la prochaine édition de la coupe d’Afrique des nations en 2021 ». Et il se trouve, qu’interrogé par la CRTV Radio, le secrétaire général (SG) de la Fédération algérienne de football (FAF), Mohamed Saâd, a indiqué que « l’Algérie n’est pas candidate pour reprendre l’organisation de la CAN 2021 en cas d’éventuel retrait de la compétition au Cameroun ». « J’ai été un tout petit peu surpris d’apprendre que les déclarations du ministre ont fait débat au Cameroun par rapport à l’organisation de la CAN-2021. Je peux vous assurer par rapport à ça, que les propos du ministre de la Jeunesse et des Sports ont été totalement déformés », a déclaré le SG de la FAF.

Il ajoutera : « La question était simple, celle de savoir si l’Algérie a les capacités d’organiser une coupe d’Afrique des nations. Pour notre ministre et tous les responsables algériens, la réponse est oui. Mais pas pour prendre la place du Cameroun. L’Algérie qui vient d’être sacrée championne d’Afrique souhaiterait jouer la CAN 2021 au Cameroun, un pays frère. On encourage et soutient à fond le Cameroun pour l’organisation de la CAN-2021. » Le responsable en question précise que l’Algérie souhaite organiser à son tour une édition de la CAN. 

Déchu de son statut de pays-hôte de la CAN-2019 au profit de l’Egypte qui a bien rempli sa mission d’ailleurs, à cause du « gros retard » accusé pour la livraison des infrastructures sportives, selon la CAF, le Cameroun s’est vu attribuer l’organisation de la 33e édition. Le pays avait promis de livrer ses infrastructures à la fin de l’année pour éviter tout désagrément. Si, donc, du côté algérien et camerounais, les positions ont été éclaircies, pour l’heure, aucune réaction officielle n’est signalée du côté de la Confédération africaine du football. L’instance la plus concernée par cet état de fait.

Saïd MEKKI