Niger : “Vive Poutine”, “à bas la France”… Scandent des manifestants devant l’ambassade de France

Niger : “Vive Poutine”, “à bas la France”… Scandent des manifestants devant l’ambassade de France

Un rassemblement comptant des milliers de manifestants de soutien à la junte à Niamey au Niger a pris pour cible l’ambassade de France hier, le dimanche 30 juillet 2023.

Des milliers de personnes manifestent devant l’ambassade de France dimanche 30 juillet à Niamey, certains d’entre eux insistant pour y entrer, a constaté un journaliste de l’AFP lors d’un rassemblement de soutien aux militaires putschistes ayant renversé le président élu Mohamed Bazoum au Niger.

Alors que d’autres manifestants ont arraché la plaque affichant “Ambassade de France au Niger”, avant de la piétiner sur le goudron et de la remplacer par des drapeaux russes et nigérien. “Vive Poutine”, “vive la Russie”, “à bas la France”, crient des manifestants.

A LIRE AUSSI : Après l’Algérie, le Mali donne un nouveau coup de semonce à la langue française

La France condamne les violences contre son ambassade à Niamey

Le ministère français des Affaires étrangères a condamné « toute violence contre les emprises diplomatiques dont la sécurité relève de la responsabilité de l’Etat hôte ».

En effet, le Quai d’Orsay souligne que : « Les forces nigériennes ont l’obligation d’assurer la sécurité de nos emprises diplomatiques et consulaires au titre des Convention de Vienne », et « nous les appelons instamment à remplir cette obligation que leur impose le droit international ».

Le Président de la République française, Emmanuel Macron « ne tolérera aucune attaque contre la France et ses intérêts » au Niger et Paris répliquera « de manière immédiate et intraitable », a également fait savoir l’Elysée.

Pour rappel, le mercredi 26 juillet 2023, le président nigérien Mohamed Bazoum et son gouvernement du Parti nigérien pour la démocratie et le socialisme (PNDS) sont renversés par un coup d’état militaire au Niger. Selon eux, quatre ministres, un ancien ministre et le chef du parti de Mohamed Bazoum ont été injustement arrêtés.