Nécessité de se concentrer sur le tourisme thermal à Mascara

Nécessité de se concentrer sur le tourisme thermal à Mascara

hammam_bou-hanifia1.jpgLe ministre du Tourisme et de l’Artisanat, Smail Mimoune, a insisté, lundi à Mascara, sur la nécessité de s’intéresser davantage au tourisme thermal en lui conférant la place qu’il mérite en vue d’attirer plus d’investisseurs.

Eu égard aux importants atouts dans le domaine, la wilaya de Mascara « peut devenir un pôle touristique, si les efforts sont conjugués et les capacités d’accueil renforcées en adéquation avec les opportunités offertes en matière de tourisme thermal », a indiqué le ministre lors d’une visite d’inspection et de travail dans la wilaya. La ville thermale de Bouhanifia, incluse dans le programme de sa visite, a bénéficié de 17 projets, notamment des hôtels qui sont en voie de réalisation, ce qui permettra d’augmenter la capacité d’accueil de 3.000 lits actuellement à 3.500.

M. Mimoune a insisté sur l’intérêt du tourisme culturel car, a-t-il dit, la wilaya de Mascara est riche en sites archéologiques et historiques dont ceux ayant un rapport avec la résistance de l’Emir Abdelkader contre l’occupant français, tout en appelant à prendre soin de ces sites, à les entretenir et à les faire découvrir aux générations montantes (élèves et étudiants universitaires).

D’autre part, le ministre a exprimé sa satisfaction quant aux projets réalisés, notamment la Maison de l’artisanat au centre-ville de Mascara, inaugurée à l’occasion de cette visite. Cet édifice de trois étages a coûté plus de 72 millions de DA. Le ministre a inauguré également des galeries de l’artisanat traditionnel baptisées du nom de la chahida Fatima Serradj. Ces galeries offrent un espace aux artisans pour exposer et vendre leurs produits. Un hôtel d’un investisseur privé doté d’une capacité de 60 lits a été également inauguré à Ghriss.

Dans la daïra de Sig, M. Mimoune a présidé une cérémonie de distribution de 66 locaux à usage professionnel et artisanal, réalisés dans le cadre du programme des 100 locaux pour chaque commune.