Meurtre de Djamel Bensmail : les aveux choquants des accusés

Meurtre de Djamel Bensmail : les aveux choquants des accusés

Du nouveau dans le dossier de l’assassinat du jeune Djamel Bensmail. En effet, lors du procès en appel des accusés dans l’affaire de l’assassinat de Djamel Bensmail à Larbaâ Nath Irathen, le tribunal criminel de première instance de Dar El-Beïda, a dévoilé des détails de cet exécrable acte.

Ainsi, la décision de renvoi indique que l’abominable meurtre de Djamel Bensmail a été commandité par des personnes à l’étranger, en collaboration avec d’autres individus, arrêtés dans le cadre des enquêtes, et ayant des liens avec le mouvement du MAK.

Les aveux des accusés indiquent qu’ils avaient des « liens étroits » avec le mouvement séparatiste, responsable du meurtre du jeune artiste Djamel Bensmail. Un meurtre qui a écœuré l’ensemble des Algériens en août 2021.

Ainsi, l’un des accusés, prénommé (M. Chaâbane) a affirmé, lors du proces en appel, qu’il tissait un lien avec le MAK. Jouissant d’une « notoriété », M. Chaâbane, a été à l’origine des incitations et aux appels au meurtre lancé contre le défunt Djamel Bensmail, précise le greffier.

Meurtre de Djamel Bensmail : ” Je suis coupable, c’est moi qui l’ai égorgé “, lance un accusé

Les enquêtes ont révélé les raisons de l’assassinat de Djamel Bensmail. En effet, lors du procès en appel, les enquêteurs ont indiqué que le défunt Djamel Bensmail détenait des vidéos compromettantes sur les incendies qui ont ravagé la région en 2021.

Ainsi, le téléphone de Djamel Bensmail contenait des vidéos montrant les agissements de certains pyromanes et leur implication directe dans le déclenchement des feux. Par ailleurs, un autre accusé a fait ses aveux devant le tribunal de Dar El-Beida.

LIRE AUSSI : Soutenant une palestinienne recalée, un écrivain algérien boycotte la foire de Francfort

En effet, le prénommé, Idir. O, a avoué qu’il était l’auteur de l’exécrable acte commis sur le corps inerte du défunt Djamel Bensmail. « C’est moi qui ai égorgé la victime. Ils m’ont donné le couteau et j’ai séparé la tête du corps, déjà calciné. J’étais sous l’emprise de l’alcool », a-t-il avoué dans une avalanche de larmes.