Menace de boycott des examens de fin d’année,Benbouzid rassure les parents d’élèves

Menace de boycott des examens de fin d’année,Benbouzid rassure les parents d’élèves

Alger le 21 01 2008 . Boubekeur Benbouzid ministre de l'Education nationale, et M. Noureddine Moussa, ministre de l'Habitat et de l'urbanisme, à l'institut de formation et de perfectionnement des maîtres (ITE) de Ben Aknoun, Travaux d'une rencontre conjointe éducation Habitat. ( photo billel zehani / new press )Le ministre de l’Éducation, en tournée à Sétif avec les ministres de l’Énergie et des Mines, de la Jeunesse et les Sports, des Ressources en eau et de l’Habitat, a rappelé que l’heure est à l’amélioration des résultats et du rendement.

“Les examens officiels de fin d’année scolaire se dérouleront dans les délais fixés et dans les meilleures conditions.” C’est ce qu’a affirmé le ministre de l’Éducation nationale, Boubakeur Benbouzid, lors d’un point de presse animé avant-hier en marge de sa visite à Sétif. Selon le ministre, tout est fin prêt pour accueillir les candidats. “Nous n’avons aucun syndicat qui a appelé au boycott des examens. Personne ne peut boycotter, et même s’ils le veulent ils ne le pourront pas”, dira Benbouzid rassurant les parents. Le premier responsable du secteur a affirmé que son département n’a aucun problème avec les syndicats et a minimisé l’impact du débrayage de l’Union nationale des personnels de l’éducation et de la formation (Unpef). Il a annoncé que le taux n’a en aucun cas dépassé les 3% tout en précisant que le mouvement de grève a été gelé. Le ministre de l’Éducation, en tournée à Sétif avec les ministres de l’Énergie et des Mines, la Jeunesse et les Sports, les Ressources en eau et l’Habitat, a rappelé que l’heure est à l’amélioration des résultats et du rendement. “Maintenant, vous avez un bon statut et un bon régime indemnitaire, alors occupez-vous bien des élèves”, a-t-il tenu à dire aux professeurs qu’il a rencontrés dans les établissements visités. “Il n’y a plus d’excuse pour ne pas travailler”, a ajouté le ministre. Par ailleurs, le représentant du gouvernement a tenu à rappeler les efforts consentis par l’État, notamment dans le secteur de l’éducation, qui a bénéficié d’un budget de 12 milliards de dollars. “La France n’a laissé que 39 lycées alors que nous en avons maintenant plus de 2000, sans parler du nombre des écoles primaires, collèges et autres structures d’accompagnement, dont les salles de sport, les demi-pensions et les cantines scolaires. C’est un exploit qu’on ne peut nier ou minimiser”, dira Benbouzid. Sur un autre volet, le doyen des ministres, qui a inauguré quatre CEM à Béni Oucine, Lahchichia, Ksar El-Abtal et Ouled Saber et a posé la première pierre de deux lycées à Ouled Saber et à Mahdia, dira que : “L’école algérienne n’est pas sinistrée. Ce sont les personnes qui ne veulent pas changer qui disent ça.”

F S