MCEE-MCO : Attention au scénario de la saison passée !

MCEE-MCO : Attention au scénario  de la saison passée !

article-34054-mcee.jpgC’est avec un moral au plus bas que les joueurs du Mouloudia d’Oran ont rallié les Hauts Plateaux, hier, en prévision du match contre le MC El Eulma. Il faut dire que la défaite concédée face à l’Entente de Sétif a fait revenir les Rouge et Blanc à la case de départ.

Tout est à présent à refaire pour les coéquipiers d’Aouedj, appelés non seulement à réagir face à El Eulma mais surtout à gagner le prochain match à domicile face au Mouloudia d’Alger. Une mission qui s’annonce très difficile dans le contexte actuel, surtout lorsqu’on sait que l’équipe s’est déplacée avec plusieurs absences, à leur tête le dernier buteur de l’équipe, Sebbah Abdine, qui souffre d’une blessure à la cheville, tout comme Ammar Layati. Deux autres joueurs donnent beaucoup plus l’impression de bouder l’équipe, Boumechra Salim, vexé par sa non titularisation face à l’ESS, et Sandaogo qui attend toujours la régularisation de sa situation financière. En tous les cas, les supporters, qui sont plus que jamais inquiets sur la situation de l’équipe, redoutent une chose, voir le MCO revivre le scénario de la saison passée lorsque les coéquipiers de Bouterbiat avaient concédé un sévère trois buts à zéro. Une défaite encore vivace dans les esprits des supporters. Un scénario que les Rouge et Blanc sont appelés de éviter à tout prix pour garder cette lueur d’espoir, car une autre défaite va certainement attirer les foudres de guerre des inconditionnels d’El Hamri qui se sont déjà révoltés contre les dirigeants samedi, après le coup de sifflet final de l’arbitre.

A Sétif par… route

Faute d’argent, les Hamraoua, qui devaient se rendre par avion à Alger et continuer leur chemin par route, se sont levés hier à 6h30 du matin pour sauter dans un bus et rallier Sétif par route. Désagréablement surpris par cette nouvelle avant-hier à la fin de la séance d’entraîneur qui a eu lieu à la forêt de Canastel, la plupart des joueurs à qui on a promis monts et merveilles ont fait la fine bouche.

«En l’espace d’une semaine, nous avons fait un voyage Alger-Sétif par route avant de livrer 90mn intense face à l’ESS, et nous y voilà regagner encore une fois Sétif par route. C’est une catastrophe pour nous les joueurs», a affirmé un joueur du Mouloudia que nous avons joint hier à midi. Selon nos sources, la direction du club, qui compte sur Belhadj, n’a pas les moyens pour payer les billets d’avion.

La hantise du gazon naturel

En termes de statistiques, cela fait six matchs consécutifs que le Mouloudia d’Oran perd sur une pelouse en gazon naturel. La saison passée, les Hamraoua ont mordu la poussière à Saïda, Batna, Tlemcen, El Eulma et Constantine, avant de commencer cette saison par une autre défaite dans ce même stade Hamlaoui. Déjà les défaites de la saison passée ont prouvé, si besoin était, que cette équipe du Mouloudia d’Oran ne sait pas jouer sur le gazon naturel. En six matchs, l’équipe a encaissé 16 buts. Cela démontre bien que le MCO a du mal à se produire sur ce genre de pelouse. En tous les cas, les coéquipiers de Berradja sont appelés à mettre un terme à cette mauvaise série, s’ils veulent démentir cet amer constat.

Mechri : «Cette équipe peut réagir à n’importe quel moment»

L’entraîneur des Rouge et Blanc, qui a encore en travers la gorge la défaite concédée par son équipe face au champion d’Algérie en titre, essaye tant bien que mal de tourner la page et ne penser qu’au match de cet après-midi face au MC El Eulma. Ayant déjà goûté à un résultat positif lors du précédent déplacement contre le CABBA, Mechri veut rééditer le même exploit mais avec un effectif nettement handicapé avec l’absence de Mezaïr, Sebbah, Layati, Boumechra et Sandaogo. Chose qui rend très compliquée la mission des Oranais. «C’est vrai que cette défaite face à l’Entente nous a fait un peu mal, car on aurait aimé gagner et prendre part à ce déplacement avec un moral au beau fixe. Mais il ne faut pas baisser les bras, il faut continuer à travailler et espérer améliorer le plus vite possible les résultats de l’équipe », déclare Mechri avant d’évoquer le match d’aujourd’hui : « Inutile de préciser que j’ai axé mon travail sur le plan mental afin de remonter le moral des joueurs. Nous avons également effectué une séance de décrassage pour préparer le groupe physiquement. Notre objectif est de réagir au plus vite. Ce match contre le MCEE s’annonce difficile pour nous, mais nous allons relever le défi. Nous allons tout faire pour éviter la défaite à El Eulma. Nous avons déjà réalisé un bon résultat à Bordj Bou-Arréridj, alors pourquoi pas refaire le coup à El Eulma. Un match nul nous permettra de relancer la machine.»

Des changements en vue

L’entraîneur du Mouloudia, qui a été convoqué par la commission technique pour faire l’autocritique du match contre l’ESS, devra effectuer, selon nos sources, quelques changements au sein de son équipe par rapport à celle qui a joué samedi passé. Il faut dire que l’absence de Sebbah et Layati obligera Mechri à opérer quelques remaniements. Mais cela ne devra pas l’empêcher à adopter la même tactique, c’est-à-dire le 3-5-2 qui a permis au MCO de ramener le match nul que ce soit de Tizi Ouzou ou Bordj Bou-Arréridj.

Fin de mission pour Agbo ?

Comme il fallait s’y attendre, Hans Agbo, qui est considéré par la nouvelle direction comme étant un pro-Djebbari, n’a pas été du voyage pour El Eulma. En effet, le technicien en question devait rencontrer le P-DG de la société du MCO, Larbi Abdelilah, pour discuter de son avenir. Selon les proches du premier responsable, ce dernier reçoit des pressions de la part de son entourage pour éliminer Hans Agbo. Affaire à suivre.

Aucun signe de l’opposition

C’est dans les meilleures conditions que Larbi Abdelilah et ses collaborateurs sont en train de travailler ces jours-ci. En effet, samedi passé alors qu’on s’attendait à ce que l’opposition monte au créneau, comme d’habitude, par le biais de banderoles et d’insultes, on a remarqué une présence massive des supporters acquis à l’équipe, mettant une belle ambiance au stade. Malheureusement, tout a été gâché par le résultat et le mauvais rendement de l’équipe. Pour preuve, Abdelilah a reconnu que la cause de la défaite est purement technique et ce, en demandant une réunion avec les membres de son staff technique.

Aucun dirigeant n’a accompagné l’équipe

à El Eulma

C’est une triste vérité qui n’a pas échappé aux joueurs. Ayant besoin de réconfort moral suite à la défaite concédée face à l’Entente de Sétif, les joueurs du Mouloudia ont désagréablement constaté hier l’absence de tous les dirigeants au départ de l’autobus pour El Eulma. Ni le P-DG, Abdelilah, ni le DG Kalaïadji encore moins le tout nouveau manager général Elimam Sofiane n’ont été du voyage. Il y avait seulement le secrétaire de l’équipe les deux membres du staff technique, Mecheri et Sebbah.

Il devait rejoindre le groupe par avion

Bouaâzza, le privilégié !

Contrairement, à ses coéquipiers qui ont effectué presque mille kilomètres par route, l’international junior Houssam Kerachaï Bouâazza devait rejoindre hier le groupe par avion à partir de la capitale. C’est la FAF qui a payé le billet pour le joueur afin de le mettre dans les meilleures conditions possibles et lui permettre d’avoir le plus de matchs dans les jambes. Même son entraîneur, Nobello encourage beaucoup ses éléments pour jouer dans leur équipe d’une manière régulière.

Dagoulou «Seul un succès débloquera la situation»

Le Centrafricain Eudes Dagoulou reconnaît que la défaite face à l’Entente a fait beaucoup de mal au groupe, et que la situation financière est critique, contrairement à ce que prétendent certains.

Apparemment, cette défaite contre Sétif a faussé vos calculs ?

C’est démoralisant de s’incliner à domicile, surtout après un bon résultat à l’extérieur. On aurait aimé enchaîner avec un succès chez nous pour se libérer définitivement sur le plan mental. Malheureusement, on est retombés dans nos travers au cours de ce match. J’avoue qu’on n’était pas loin de la victoire, mais plusieurs paramètres sont entrés en jeu.

Que voulez-vous dire par là ?

Je trouve que l’arbitrage nous a beaucoup pénalisés durant cette rencontre. Il cassait notre élan. Il nous a refusés un penalty valable, avant d’accorder un but entaché d’une faute sur notre portier. Il a influencé directement sur le résultat final.

A part l’arbitrage, qu’est-ce qui manque au MCO pour gagner son premier match ?

Tout ! Il faut que les gens se mobilisent derrière ce club et que les parties en conflit arrivent à  s’unir pour le bien de l’équipe, car il est clair qu’au MCO il existe deux clans où chacun essaye de tirer de son côté la couverture. Sans une véritable réconciliation, on ne peut rien faire.

Mais la nouvelle direction du club vient de régler la situation des joueurs. Ils n’ont pas donc à se plaindre, non ?

Quelle situation a-t-elle réglée ? De quoi vous parlez ? Je suis encore en possession d’un chèque et j’attends encore qu’on me verse de l’argent. Mon coéquipier qui est avec moi, Sandaogo, n’a pas encore touché le moindre sou, alors qu’il est le seul attaquant de pointe de l’équipe. C’est à cause de problème d’argent qu’on est privés de ses services, alors que nous avons grandement besoin de lui.

Sinon, comment s’est préparé le groupe pour ce match contre le MCEE ?

Nous avons eu les jambes lourdes lors de la reprise à cause de cette défaite. La plupart des joueurs ont séché cette séance. De ce fait, je crois que le match s’annonce difficile, d’autant plus que nous allons affronter une équipe d’El Eulma qui joue très bien au ballon.

La saison passée, le MCO avait concédé une sévère défaite au stade Messaoud-Zouggar. N’avez-vous pas peur de vivre le même scénario ?

Je ne me souviens pas trop de ce match, car nous avons perdu plusieurs sur des scores lourds, mais les matchs se suivent et ne se ressemblent pas. J’espère qu’on arrive à se ressaisir, car nous avons grandement besoin d’un résultat positif pour redémarrer sur le bon pied.